1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Stage, emploi, alternance : comment les universités vous aident à les trouver
Enquête

Stage, emploi, alternance : comment les universités vous aident à les trouver

Envoyer cet article à un ami
De plus en plus d'universités proposent des UE spécifiques pour vous aider vers le monde du travail. // © master1305 / Adobe Stock
De plus en plus d'universités proposent des UE spécifiques pour vous aider vers le monde du travail. // © master1305 / Adobe Stock

L’orientation et l'insertion professionnelle sont une des missions principales de l’université. Aide à la recherche de stage, accompagnement vers le premier emploi, entrepreneuriat… Découvrez, en cinq points, tout ce que votre université peut faire pour vous préparer au monde du travail.

1. Explorez les formations le plus en phase avec les besoins économiques

C'est le premier réflexe que vous devez avoir si l'objectif principal de vos études est une bonne insertion dans le monde du travail. Les formations proposées à l’université sont de plus en plus en phase avec les attentes du monde du travail : leur contenu prend davantage en compte les besoins socio-économiques. Par nature, les licences professionnelles en un an visent une insertion rapide sur le marché du travail. De même, au niveau bac+5, les masters professionnels comportent tous des périodes obligatoires d'expérience professionnelle.

Mais dès la première année de licence générale, de plus en plus de formations comportent dans leur programme des unités d’enseignement (UE) de préprofessionnalisation. C’est le cas par exemple au sein de la licence de droit à l'université de Nanterre, qui prévoit dès la première année une UE Compétences/préprofessionnalisation. Au, choix vous découvrirez les métiers de l’entreprise, apprendrez la méthodologie du projet professionnel ou vous initierez aux techniques de recherche de stage et d’emploi. Enfin depuis plusieurs années, les périodes de stage se sont généralisées en licence.

A faire :
– Bien éplucher les maquettes des formations pour y repérer les enseignements de préprofessionnalisation, les périodes et le temps consacré aux stages
– Rien ne vous empêche de faire des stages non obligatoires afin de soigner votre "employabilité"
– Discutez avec vos enseignants : ils ont aussi pour mission de vous conseiller, orienter et contribuer à votre future insertion professionnelle.

2. Profitez des offres de stages et d'emploi et du réseau de votre université

La montée en puissance des stages au sein de vos formations durant les études facilite votre insertion professionnelle. La plupart des universités se sont dotées d’une plate-forme de stages et d’emplois où vous pourrez trouver des offres ainsi que des conseils pour rédiger un CV attractif. À l’université d’Angers par exemple, la plate-forme Ipolin, permet aux étudiants et alumni d’accéder à des propositions de stages et d'emploi. Elle sert aussi de CVthèque et permet aux entreprises une approche par compétences des candidats ce qui accélère votre recrutement.

De plus en plus, les universités essaient de créer un réseau d’anciens (les fameux alumni !) qui sont d’une force considérable pour les débuts professionnels puis le déroulement des carrières dans les grandes écoles. "L’absence de réseaux d’anciens structurés a longtemps été un point faible des universités publiques françaises", explique Nathalie Teissier enseignant chercheur et chargé de mission à l’université d’Aix-Marseille, qui a lancé en 2019 son réseau d’alumni. Au départ, la plate-forme en ligne Aix-Marseille université Alumni s’est ouverte à cinq composantes pilotes qui disposaient déjà d’un réseau Alumni propre : la faculté de pharmacie, l’IUT, l’institut d’administration des entreprises (IAE) et Polytech Marseille auquel s’est ajoutée la faculté de droit et de science politique."Mais progressivement toutes les composantes de l’université (formations, laboratoires de recherche, facultés…) ouvriront le leur", précise Nathalie Teissier.

A faire :
– Consultez les offres de stages ou d’emploi en rapport avec le contenu de votre formation et proposées par votre établissement
– Dialoguez avec vos enseignants et responsables de formations. En général, ils connaissent bien le milieu professionnel dans leur domaine et peuvent vous guider sur les employeurs qui recrutent
– Contactez les étudiants de la promotion précédente pour voir si leur employeur propose toujours cette année des stages… et vous faire recommander.

Lire aussi : Grandes écoles : insertion, emploi, salaire, records battus pour les diplômés 2018

3. Utilisez tous les outils d’accompagnement vers l’emploi de votre fac

Ateliers, conférences, jobs dating, forums de recrutement… Les Services communs universitaires pour l’information, l’orientation et l’insertion (SCUIO) et les BAIP (bureaux d’aides à l’insertion professionnelle) des universités organisent tout au long de l’année des événements pour préparer vos futurs premiers pas dans l’emploi.

L’université Paris 1 Panthéon Sorbonne organise depuis quatre ans le forum "Objectif emploi" qui se déroule sur trois jours fin janvier. Banques, assurances, audit, grande distribution, cabinets d’avocats… une soixantaine d’employeurs en tout viennent y recruter leurs futurs collaborateurs. "Pour les étudiants, ces trois journées constituent une occasion de nouer des précieux contacts. Pour les entreprises, c’est une chance de repérer les talents de demain formés par notre université", explique Georges Haddad le président de l’établissement. L'université de Rennes 1 organise pour sa part à l'automne une semaine consacrée à l'insertion professionnelle pour tous les étudiants de master.

Tout au long de l’année, les conseillers à l’insertion professionnelle du BAIP peuvent aussi vous recevoir lors de permanences pour vous accompagner. Leur job est aussi d’organiser et d’animer des sessions collectives de formation à la demande d’un enseignant ou d’un groupe d’étudiants. Ils assurent également un conseil personnalisé en ligne ou sur rendez-vous.

A faire :
– Vous rapprocher de votre SCUIO et BAIP pour vous documenter sur les métiers, construire votre parcours et vous initier à la recherche d‘emploi
– Prendre rendez-vous avec un conseiller à l’insertion professionnelle
– Inscrire dans votre agenda les dates des "jobs datings" et forums emploi organisés à la fac en vue de trouver votre stage, alternance ou premier emploi.

4. Profitez du boom des formations en apprentissage à la fac

L’apprentissage est une modalité d’études qui facilite grandement votre insertion professionnelle. "Il y a dix ans, peu de formations à la fac étaient ouvertes à l’alternance. Depuis, les formations en apprentissage à l’université se sont ouvertes à tous les niveaux de formation", remarque Géraldine Ludger, responsable orientation et insertion professionnelle à l’université de Paris (ex Paris Diderot). Ainsi, en 2017–2018, plus de 20.000 étudiants préparaient une licence par la voie de l’apprentissage et près de 18.000, un master.

Au niveau de la licence, il s’agit le plus souvent d’une licence professionnelle. Mais de plus en plus de licences générales proposent d’effectuer une partie de leur parcours par la voie de l’apprentissage, en général en troisième année (L3). Même dans des formations en lettres, langues ou de sciences humaines et sociales. Ainsi, à l’université Gustave Eiffel, il est possible d’effectuer en apprentissage la troisième année de licence générale de lettres modernes appliquées "Création, édition et culture numérique".

A faire :
– Repérez les formations ouvertes à l’apprentissage dans votre université qui vous intéressent : licences professionnelles, licences générales dont une année est ouverte à l’alternance, spécialités de masters…
– Mettez-vous à la recherche d’un employeur assez tôt (dès janvier-février pour la rentrée universitaire de septembre) afin de maximiser vos chances de décrocher un contrat d’apprentissage.

Lire aussi : Emploi des jeunes diplômés bac+5 : un marché à deux vitesses ?

5. Jouez la carte de l’entrepreneuriat

L'entrepreneuriat durant ses études ou en tant que jeune diplômé est une piste de plus en plus empruntée pour entrer dans la vie professionnelle. De plus en plus d'universités mettent en place des dispositifs vous permettant de suivre votre formation à la fac tout en menant de front un projet d’entreprise. Beaucoup de formations sont compatibles avec le statut national d’étudiant entrepreneur (SNEE). C’est à vous, étudiant, de demander ce statut pour bénéficier d’aménagements d’horaires et de la possibilité de suivre des modules spécifiques de formations à la création d’entreprise ou de start-up.

Le dernier plan du ministère en faveur de l’entrepreneuriat prévoir que vous puissiez même valider des crédits ECTS tout en menant votre projet d’entrepreneuriat et ce quel que soit votre cursus de formation. Et même si votre projet n'aboutit pas, vous aurez développé une culture entrepreneuriale et des compétences qui vous serviront toute votre vie professionnelle.

A faire :
– Vous rapprocher de votre PEPITE (Pôle étudiant pour l'innovation, le transfert et l'entrepreneuriat) pour être accompagné dans votre projet
– Demander à bénéficier du Statut national d’étudiant entrepreneur (SNEE) si vous avez un projet de création d‘entreprise. Vous pourrez, entre autres avantages, substituer votre stage par votre projet entrepreneurial.

Lire aussi : Emplois de qualité, salaires en hausse : faire un master à la fac n'a jamais autant "payé"