Trois pistes pour trouver sa voie quand on est jeune sans emploi, ni formation

Par Etienne Gless, publié le 31 Octobre 2022
4 min

Malgré la diminution du chômage des jeunes, plusieurs centaines de milliers d'entre eux restent éloignés du monde du travail. Si vous êtes dans cette situation, l'Etudiant vous présente trois dispositifs qui peuvent vous aider à trouver votre voie, vous former à un métier qui recrute et décrocher un emploi durable.

Une hausse de 1,5% au troisième trimestre : le nombre de jeunes de moins de 25 ans inscrits à Pôle emploi repart à la hausse cet automne après une baisse de –16,5% sur un an. Avec le ralentissement de l'économie, trouver un emploi sera un peu moins aisé pour les jeunes diplômés… et encore plus difficile pour celles et ceux sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification.

1. Les écoles de production, pour apprendre autrement un vrai métier

Dégoûté de l’école voire de l’alternance ? Les 52 écoles de production forment des jeunes de 15 à 18 ans à des métiers dans les secteurs de l’industrie, de l’automobile, du bois, de la restauration, de la mode ou de l’agriculture.

L’originalité de ces écoles à but non lucratif et reconnues par l'État ? Vous passerez les deux tiers de la formation à produire des commandes pour de vrais clients, industriels ou particuliers avec les mêmes exigences de qualité et de délai. Ici on ne travaille pas pour des notes mais pour des clients comme dans une véritable entreprise.

Mais comme dans un lycée professionnel ou un centre de formation d’apprentis (CFA), vous pourrez y préparer un CAP, un bac pro ou une certification professionnelle. Côté débouchés, pas d'inquiétude : les jeunes professionnels formés par les écoles de production sont très demandés sur le marché du travail. Le taux de placement en fin de cursus frôle les 100% et beaucoup de jeunes finissent l'école avec plusieurs propositions d'emploi. Les pouvoirs publics soutiennent le modèle des écoles de production dont le nombre pourrait passer à 100 en 2023.

Lire aussi

2. Les écoles de la deuxième chance : sept mois pour reprendre pied dans le monde professionnel

Vous avez le bac ou le bac pro mais vous ne trouvez pas d'emploi ? Vous manquez d’expérience professionnelle ou elle est insuffisante pour vous faire recruter ? Cet automne, les écoles de la deuxième chance (E2C) s’ouvrent aux jeunes diplômés de niveau 4 (le niveau bac) qui présentent un risque de non-accès à l’emploi.

S’occupant en priorité des jeunes sortis du système scolaire sans diplôme ou qualification, les E2C peuvent désormais accueillir les titulaires d’un baccalauréat ou d’un diplôme de niveau équivalent. Le parcours proposé par les écoles a fait ses preuves en matière d’insertion sociale et professionnelle. En sept mois en moyenne, vous pourrez bâtir un projet professionnel et décrocher soit un emploi (CDI, CDD) soit un contrat d'apprentissage soit entrer dans une formation qualifiante.

Lire aussi

3. Le contrat engagement jeune, pour (re)bâtir un projet professionnel

Le 200.000e contrat engagement jeune (CEJ) a été signé fin octobre. Sept mois après son lancement, 200.000 jeunes éloignés de l’emploi ont pu bénéficier de ce dispositif. Si vous avez moins de 26 ans et êtes sans emploi, ni formation ou si votre projet professionnel est encore flou, il peut vous aider.

En signant ce contrat de maximum 12 mois, vous bénéficierez d’un accompagnement intensif de 15 à 20 heures par semaine. Au programme : ateliers pour bâtir un projet professionnel, stages de découverte métiers, formations qualifiante, emploi dans un secteur en tension…

Vous pourrez bénéficier d'une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois. Rapprochez-vous de votre mission locale ou de votre agence Pôle emploi pour signer votre contrat.

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !