1. Lifestyle
  2. Santé étudiante
  3. Consulter un psy : comment ça se passe quand on est lycéen ou étudiant ?
  4. Quel est le rôle du psy du lycée ?
Boîte à outils

Quel est le rôle du psy du lycée ?

Envoyer cet article à un ami

Vous souffrez de stress, de problèmes personnels, de troubles du comportement alimentaire, vous vous sentez dans un état dépressif… Bref, vous n’allez pas bien et vous vous posez beaucoup de questions quant à l’opportunité d’aller voir un “psy”. À quel spécialiste vous adresser ? En quoi peut-il vous aider ? La consultation est-elle payante ? Va-t-il en parler aux parents ou aux professeurs ? Voici de quoi vous éclairer.

Au lycée, lorsque vous poussez la porte du psy, vous tombez sur un COP. Rien à voir avec le policier de votre série américaine préférée : le COP, c’est le conseiller d’orientation-psychologue.

Le COP, “là pour vous écouter”


Le COP est là pour parler des questions que vous vous posez en matière d’orientation, mais vous pouvez également aller le voir si vous allez mal. Renseignez-vous sur son ou ses jours de permanence au sein de l’établissement et prenez rendez-vous. Le plus souvent, un cahier est à votre disposition.
Avantage : il est présent dans votre lycée et pourra servir de relais entre vous et d’autres professionnels, comme l’explique Patricia Manière, COP dans la région de Nice. “En tant que COP, je ne suis pas médecin et je ne peux ni délivrer de médicaments ni entreprendre une thérapie. J’assure une journée de permanence par semaine dans 3 établissements et une permanence au CIO (centre d’information et d’orientation). J’ai donc la charge d’environ 1.800 élèves. Je suis d’abord là pour les écouter. Et je peux, selon les cas, mettre le jeune en relation avec le CMP [centre médico-psychologique], le centre pour adolescents ou l’hôpital intersecteur.”

De plus en plus consulté pour des cas de phobie scolaire et d’absentéisme


Depuis une dizaine d’années, Patricia Manière a constaté une hausse des cas de phobies scolaires et de plus en plus de problèmes d’absentéisme : “Pour certains, il devient insupportable de rentrer au collège, parce qu’il y a du stress au sein du groupe “classe” ou avec certains professeurs, pas toujours à la hauteur, et qui peuvent aussi maltraiter les élèves, notamment en les injuriant ou les humiliant.”
La COP n’hésite pas à contacter directement les élèves absentéistes pour les rencontrer, afin d’échanger avec eux sur les raisons de ce décrochage. “Certains élèves n’arrivent pas à se lever le matin, parce qu’ils sont parfois les seuls à le faire dans une famille où les parents n’ont pas d’emploi.” Parfois, l’équipe éducative vient vers elle pour qu’elle rencontre les jeunes en difficultés. “La moitié des élèves que je reçois me sont signalés par l’équipe éducative. L’autre moitié vient spontanément.”

Pas envie que les parents soient mis au courant ?


Vos parents sont-ils informés lorsque vous rencontrez la psy du lycée ? “Pas forcément, répond Patricia Manière, qui peut tout de même les informer si le besoin d’une prise en charge particulière, comme un suivi psychiatrique, par exemple, se fait sentir. Mais ce qui est dit dans le bureau de la COP reste tout à fait confidentiel, sauf cas de maltraitance de la part d’un parent ou toute autre situation représentant pour vous un danger. Garder votre secret relèverait alors de la non-assistance à personne en danger.


Pour aller plus loin : Votre ado "fait sa crise"… comment réagir ? / Mon ado va mal : difficulté passagère ou souffrance ? / Comment mettre mon ado au travail / Stress, anxiété, insomnie : comment bien gérer pendant ses études

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quel est le rôle du psy du lycée ? Quel est le rôle du psy à la fac ? Ce qu’on raconte au psy reste-t-il secret ?