L'amour dans tous ses ébats

publié le 05 Juillet 2012
4 min

S’il y a une chose qui devrait être gratuite, c’est l’amour ! Quelques précautions s’imposent pour éviter les lendemains qui déchantent et s’y consacrer l’esprit tout à fait libre.

Pas facile les premiers émois, les premiers ébats ! D’un côté, on se sent porté par des sensations aussi fortes qu’inédites. De l’autre, on craint les lendemains qui déchantent et les mauvaises surprises. Rassurez-vous : à chaque situation existe son moyen de contraception.

La pilule : efficacité quasi assurée
La pilule frôle les 100% d’efficacité dès le premier comprimé. À condition, bien sûr, de ne pas l’oublier. Ces comprimés, composés d’hormones féminines, bloquent l'ovulation. Vous avez moins de 18 ans ? Pour vous, la contraception est entièrement gratuite dans les centres du planning familial. La consultation est anonyme et ne nécessite pas d’autorisation de vos parents. Pour les majeures, les pilules les moins chères peuvent coûter autour de 8 € pour 3 mois.

Certains types de pilule, disponibles sur ordonnance d’un médecin généraliste ou d’un gynécologue, sont entièrement remboursés par la Sécurité sociale. Précisez-le au moment de la consultation au cours de laquelle le médecin effectue un bilan pour déceler d’éventuels contre-indications à la prise de ce contraceptif. Sachez par exemple que pilule et tabac ne font pas bon ménage.

Le préservatif :
pour être protégé à moindres frais
Et la capote ? Voici un moyen économique qui permet d’éviter à la fois d’être enceinte et d’attraper des maladies sexuellement transmissibles. Cette poche en latex se déroule sur le sexe masculin en érection dès le début du rapport. Les préservatifs les moins chers sont en vente dans les supermarchés. Comptez entre 5 et 10 € pour une boîte de 12. Vous pourrez en obtenir gratuitement au planning familial, dans les centres de dépistage du Sida, dans des MJC (maisons des jeunes et de la culture) et auprès de l’infirmière de votre lycée. Une première oreille attentive, discrète et proche pour toutes vos questions.

La pilule du lendemain : en cas d'urgence
Vous avez eu un problème avec le contraceptif que vous utilisiez ? Pour éviter une grossesse non désirée, vous pouvez recourir à la pilule du lendemain. Pour le Norlevo® par exemple, le comprimé doit être avalé impérativement dans les 3 jours qui suivent un rapport sexuel mal ou non protégé, et si possible 12 heures après.

Si vous avez moins de 18 ans, vous pouvez vous procurer la pilule du lendemain librement sans ordonnance auprès d’un pharmacien (il suffit de la lui demander). Et gratuitement, auprès du planning familial et de l’infirmière scolaire. Si vous êtes majeure, comptez entre 4 et 10 €, remboursés à 65% par la Sécurité sociale. Attention, ce n’est pas une méthode contraceptive ! Ne vous en servez en aucun cas de façon systématique, cela peut être dangereux.

Pour aller plus loin :

Le site du planning familial.
Les centres de dépistage du sida.
Le service Fil santé jeunes.
Des infos pratiques au quotidien sur la contraception.
Site d'information sur la contraception d’urgence.
Le pass contraception : quand les régions vous aident à vous protéger

La région Poitou-Charentes a été la première en 2009 à proposer un pass contraception pour les mineures. Elle a été suivie depuis par les conseils régionaux de l’Île-de-France et de Rhône-Alpes. À chaque région, son dispositif. Mais, le principe reste le même : donner les moyens aux jeunes d’accéder gratuitement et de manière anonyme à une consultation médicale pour obtenir un moyen de contraception.

Sylvie Lecherbonnier
Juillet 2012
 
À consulter aussi

- Test : savez-vous concilier études et amour ?
- Test : êtes-vous romantique ?
- IST : des maladies qui courent toujours.
- Sécurité sociale et mutuelle étudiantes : choisir une bonne couverture.

 

Articles les plus lus

A la Une santé étudiante

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road