1. Santé : les étudiants malades de leurs études
Décryptage

Santé : les étudiants malades de leurs études

Envoyer cet article à un ami
Les étudiants et lycéens n'ont pas toujours la forme... // © plainpicture/Westend61/Axel Ganguin
Les étudiants et lycéens n'ont pas toujours la forme... // © plainpicture/Westend61/Axel Ganguin

La SMEREP, sécu et mutuelle étudiante, a rendu mardi 21 juin 2016 les résultats de son étude annuelle sur la santé des lycéens et des étudiants. Entre stress, mauvaise image de soi et vie sexuelle mal protégée, le tableau est parfois préoccupant.

Les jeunes sont stressés et mal dans leur peau, principalement à cause de leurs études. Ils estiment manquer d'éducation sexuelle dans leur établissement scolaire ou universitaire, ce qui pourrait expliquer leur conduite encore trop peu responsable dans ce domaine. Leur attitude face à l'alcool, les cigarettes ou encore le cannabis reste raisonnable, mais ils y recourent beaucoup trop pour se "sentir mieux". L'enquête annuelle "Santé des Etudiants & Lycéens" de la SMEREP, menée auprès de 1.200 individus et publiée le 21 juin 2016, dresse un tableau plutôt sombre de la santé des jeunes aujourd'hui. Détails en infographie. 

Cyril BenzaquenCyril Benzaquen, 26 ans, est double champion du monde de boxe thaï et de kickboxing. Participant à l'étude de la SMEREP, il témoigne sur ses habitudes d'ancien étudiant à l'université.

"Pour moi, la nutrition est importante. Ne pas grignoter, par exemple, ou avoir une alimentation équilibrée est plus essentiel qu'on ne le pense. Concernant l'alcool, comme je ne buvais pas, j'ai souvent été stigmatisé comme quelqu'un de "pas cool". Je pense qu'il faut plutôt valoriser les non-buveurs que punir les buveurs.
Pendant mes études, j'ai toujours eu du mal à m'organiser, et je donnais souvent la priorité aux tâches en fonction de l'urgence. J'ai eu beaucoup de nuits courtes à cause de cela.
En parlant des études, c'est vrai qu'on est peu informé sur le plan sexuel. J'ai moi aussi cru qu'une piqûre de moustique pouvait transmettre le sida. De la même manière, j'aurais sûrement acheté plus souvent des préservatifs si l'on m'avait dit qu'on en vendait en supermarché !"