1. Lifestyle
  2. Santé étudiante
  3. Santé étudiante : 5 choses à savoir en période de crise sanitaire
En bref

Santé étudiante : 5 choses à savoir en période de crise sanitaire

Envoyer cet article à un ami
En raison de l'épidémie du Covid-19, certaines ordonnances périmées restent valables dans des cas particuliers. // © ursule / Adobe Stock
En raison de l'épidémie du Covid-19, certaines ordonnances périmées restent valables dans des cas particuliers. // © ursule / Adobe Stock

L’épidémie de coronavirus ne touche pas que les plus "fragiles". Les étudiants sont également concernés et pourtant, ils font généralement beaucoup moins attention à leur santé que le reste de la population. Téléconsultation, ordonnances, mutuelle, urgences médicales… Voici ce que vous devez savoir.

Les études le prouvent régulièrement : les étudiants prêtent assez peu attention à leur santé. En cause, les difficultés financières mais pas seulement. Les 18–25 ans ressentent généralement moins le besoin de consulter leur médecin en cas de symptômes, la plupart d’entre eux préférant se soigner tout seul. Mais en période de crise sanitaire, ce comportement peut avoir de graves conséquences. Rappel de ce que vous pouvez faire ou non concernant votre santé pendant le confinement.

1. Qui puis-je contacter en cas de problème de santé pendant la crise sanitaire ?

Il y a plusieurs cas de figure possibles. S’il s’agit d’une maladie "bénigne", appelez votre médecin traitant. La plupart d’entre eux évitent de se déplacer mais peuvent pratiquer des consultations à distance. C’est également le cas pour quelques spécialistes comme les ophtalmologues ou les gynécologues. Les cabinets de certains spécialistes, notamment les dentistes, restent ouverts pour traiter les urgences ou procéder au suivi de certaines maladies. Quoi qu’il en soit, contactez d’abord par téléphone votre médecin avant de vous déplacer.

Si vous n’avez pas de médecin traitant, les SUMPPS (services universitaires de médecine préventive et promotion de la santé) restent aussi à votre écoute. Tout comme les psychologues et l’assistance sociale de votre établissement.

Lire aussi : Santé étudiante : où prendre soin de soi dans son établissement ?

En revanche, si vous avez les symptômes du coronavirus (toux, fièvre…), appelez directement le SAMU. Les médecins jugeront alors si vous avez besoin d’une attention particulière. Ne vous rendez à l’hôpital qu’en cas d’urgence absolue.

Si vous devez vous déplacer, munissez-vous de votre attestation sur l’honneur et cochez la case "consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés".

2. Comment faire si je n’ai pas de mutuelle ?

Depuis septembre 2019, tous les étudiants sont automatiquement rattachés au régime général de leurs parents. La caisse d’assurance maladie rembourse 70% de vos frais. La mutuelle complémentaire, facultative, les 30% restants. Pour toute consultation, renseignez-vous auprès du SUMPPS ou des centres de santé conventionnés, qui pratiquent le tiers payant, vous évitant ainsi d’avancer vos frais médicaux.

Lire aussi : Sécurité sociale : comment ça marche pour les étudiants ?

3. Les ordonnances périmées sont-elles toujours valables ?

En raison de l’épidémie, le gouvernement a décidé d’autoriser les pharmacies à délivrer certains médicaments même si votre ordonnance est périmée. Ceci est valable jusqu’au 31 mai 2020 pour les maladies chroniques (diabète, asthme…) mais aussi pour toutes les ordonnances relatives à la contraception.

Lire aussi : Santé étudiante : ce qui vous est remboursé (ou non) par la Sécurité sociale

4. Gel hydroalcoolique, masques, thermomètre… peut-on s’en procurer ?

Seule la vente de masques est soumise à la prescription médicale. Les pharmacies les vendent uniquement aux professionnels de santé. Les gants et les thermomètres sont disponibles, et ce malgré les ruptures de stock. Le gel hydroalcoolique est également en vente, les pharmaciens ont d’ailleurs l’autorisation d’en fabriquer eux-mêmes pour répondre aux besoins.

Une disposition a également été prise le 23 mars dernier concernant l’utilisation du paracétamol. Les médicaments type Doliprane, Efferalgan ou Dafalgan (entre autres) sont limités à deux boîtes par personne. En effet, les autorités sanitaires recommandent aux personnes présentant les symptômes du Covid-19 de ne pas utiliser d'ibuprofènes ou d’aspirines.

Lire aussi : Etudiants en santé mobilisés pendant le confinement : "On essaie d'aider à notre niveau"

5. Le don du sang est-il autorisé ?

L’établissement français du sang (EFS) le rappelle : les dons restent indispensables, y compris en période de confinement. Le coronavirus n’est pas transmissible par le sang. Cependant, pour respecter les gestes barrières, les volontaires doivent au préalable prendre rendez-vous. Munissez-vous de votre attestation sur l’honneur et cochez la case "déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants".

Lire aussi : Coronavirus : "Le confinement est un geste civique"