1. Sécurité sociale : comment ça marche pour les étudiants ?
Boîte à outils

Sécurité sociale : comment ça marche pour les étudiants ?

Envoyer cet article à un ami
À partir de la rentrée 2018, les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de la Sécurité sociale. // © Alexandre GELEBART/REA
À partir de la rentrée 2018, les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de la Sécurité sociale. // © Alexandre GELEBART/REA

Depuis la rentrée 2018, quelques changements ont eu lieu concernant la Sécurité sociale des étudiants. À partir de septembre 2019, tous les étudiants sans exception sont affiliés au régime général, et ce, quels que soient la formation et le niveau d'études.

Jusqu’à la rentrée 2018, les étudiants devaient obligatoirement souscrire à une sécurité sociale spéciale auprès des mutuelles étudiantes, d’un coût de 217 €. Désormais, avec le plan Étudiants, vous n’aurez plus rien à débourser. Ou presque. Une autre contribution a fait son apparition d'un montant de 91 € (contre 90 € en 2018) pour favoriser toutes les actions sociales, culturelles, sportives…

Aucune démarche à faire pour les étudiants

"Il n’y a aucune démarche à faire pour être inscrit à la Sécurité sociale. Ils restent inscrits sur le régime de leurs parents, ils n’auront rien à payer", précise Aurélie Combas-Richard, directrice de la mission en charge de l’intégration à l’Assurance maladie. Et cela concerne aussi bien les nouveaux et les anciens étudiants, quelle que soit votre formation. La seule démarche à accomplir est la mise à jour de votre carte vitale. Pour cela, vous pouvez vous rendre directement dans votre Caisse d'assurance maladie ou en pharmacie.

Lire aussi : Finie la Sécurité sociale étudiante, place à une "contribution" de 90 €

Trouvez un médecin traitant proche de chez vous

Pour être mieux remboursé, il faut désigner un médecin généraliste comme médecin traitant. La plupart des jeunes en ont déjà un, mais il est parfois conseillé d’en changer si vous déménagez, pour avoir un médecin plus proche de chez vous. La démarche est facile : Il suffit d’aller voir le médecin que l’on souhaite choisir pour médecin traitant et le lui dire. Celui-ci fait ensuite la démarche en ligne en quelques minutes pour en informer directement la CPAM.

"Aller consulter son médecin traitant avant un spécialiste permet de rentrer dans un parcours de soins et d’être mieux remboursé", indique Aurélie Combas-Richard. Ce n'est pas le cas pour vos visites chez l’ophtalmologue, le gynécologue, le psychiatre (ou neuropsychiatre pour les 16–25 ans) ou encore le stomatologue (sauf pour des actes chirurgicaux lourds).

Lire aussi : Santé étudiante : ce qui vous est remboursé (ou non) par la Sécurité sociale

Des astuces à connaître

L’ensemble des informations concernant les remboursements sont disponibles sur le site Ameli. Il est toujours préférable de se renseigner avant d’aller consulter tel ou tel médecin, notamment les spécialistes, pour connaître les tarifs pratiqués.

Une fois votre compte personnel créé sur Ameli, gardez précieusement votre code d’accès. Si vous le perdez, on vous le renverra par courrier postal. Vous pouvez également y avoir accès en appelant au 36 46. C’est sur cet espace que vous pourrez notamment télécharger une attestation de droits.

C’est aussi au 36 46 que vous pourrez téléphoner pour tout complément d’information. Vous pouvez enfin vous rendre sur le forum d’Ameli, pour regarder si votre question n’a pas déjà été posée.