1. Après un bac ES : comment financer mes études supérieures ?
Boîte à outils

Après un bac ES : comment financer mes études supérieures ?

Envoyer cet article à un ami
Travail, aides diverses : bacheliers ES, renseignez-vous bien sur les modes de financement de vos études. // © Fotolia
Travail, aides diverses : bacheliers ES, renseignez-vous bien sur les modes de financement de vos études. // © Fotolia

Bacheliers ES, selon la filière que vous choisirez et l’établissement, vos études peuvent coûter plus ou moins cher. D’où l’intérêt de bien vous renseigner sur les modes de financement, qu’il s’agisse d’un travail ou d’aides divers. Les conseils de Bruno Magliulo, spécialiste des problèmes d’orientation et auteur de nombreux ouvrages pour les lycéens et les étudiants aux éditions l’Etudiant.


De nombreuses filières d'études supérieures sont payantes, et certaines vont jusqu'à réclamer des sommes pouvant atteindre 10 000 euros par an ou plus. Pour peu qu'on soit amené à devoir aller étudier en dehors de sa région, et donc qu'il soit nécessaire de payer en plus un loyer, des titres de transport, des frais de séjour, etc., cela finit par faire des sommes très importantes.

Comment faire lorsque la filière d'études qui vous intéresse est payante, mais que votre famille ne dispose pas de suffisamment de revenus pour vous permettre d'en bénéficier ? Voici quelques éléments de réponse.

Financer ses études : une scolarité plus ou moins coûteuse

Dans le premier cycle, les classes préparatoires aux grandes écoles, les STS, les classes de la filière comptable (préparatoire en première étape au diplôme de comptabilité et de gestion) des lycées publics, et certaines écoles préparant à des carrières de la fonction publique (l'armée, la police, la justice, la santé, etc.) sont gratuites.

Attention, toutefois, car ces formations peuvent être proposées par des lycées ou des écoles privées et, dans ce cas, les droits de scolarité sont plus ou moins élevés.

fleche-rouge Des frais de scolarité peu élevés à l'université

Un étudiant qui entre en première année d'un premier cycle universitaire de type licence ou IUT devra s'acquitter des droits universitaires (entre 175 et 200 euros par an).

Si vous êtes boursier de l'enseignement supérieur, vous pouvez, en fonction des revenus de vos parents, bénéficier de l'exonération complète de ces droits universitaires. Renseignez- vous au secrétariat du lycée que vous fréquentez lorsque vous remplirez un dossier de demande de bourse sur critères sociaux pour vos études supérieures.

fleche-rouge Des frais de scolarité très variables selon les établissements

Les établissements de statut privé (une classe prépa, une classe de BTS, de DCG, une école, une université privée) vous demanderont souvent des sommes plus élevées.

Mais attention, ne croyez pas qu'il suffise qu'un établissement soit de statut public pour qu'il soit gratuit. Certaines écoles universitaires peuvent réclamer des droits de scolarité très importants : par exemple, à l'université Paris-Dauphine en sciences économiques et de gestion (de 1 500 à 4 000 euros par an pour les masters), à l'Institut commercial de l'université de Nancy (7 000 euros par an), à l'École de management de l'université de Strasbourg (5 100 euros par an), de Sciences po Paris (de zéro à 8 500 euros par an selon le niveau de revenu de la famille), pour les instituts d'études politiques de province (de 600 à 1 000 euros par an en premier cycle, de 1 000 à 1 200 euros en deuxième cycle), etc.

Des frais élevés que Gérard Lannelongue, créateur d'une grande école de management des entreprises (l'académie Mercure de Montpellier), justifie au nom de l'employabilité des étudiants à la sortie de son école : "L'important, c'est le retour sur l'investissement éducatif de départ. Après trois à cinq ans d'études, l'étudiant récupérera vite sa mise de départ en s'insérant rapidement sur le marché du travail. Dans la durée, il est gagnant." Même si le prix à payer peut être très important, et ce sur plusieurs années.

fleche-rouge La voie de l'alternance

Vous pouvez également opter pour une formation professionnelle officiellement payante, mais rendue gratuite (et même rémunérée) grâce à la signature d'un contrat d'alternance (contrat d'apprentissage ou contrat de professionnalisation).

Attention, cela n'est possible que pour des formations professionnalisées (IUT, STS, écoles). Alain, élève de terminale ES au lycée Magendie de Bordeaux, souhaitait entrer dans une grande école privée de commerce international à recrutement niveau bac. Problème : les frais de 7 600 euros par an ! Il a découvert qu'il pouvait suivre cette formation en tant qu'apprenti. De cette façon, si sa candidature était retenue, non seulement il bénéficierait de la gratuité, mais il recevrait de son employeur-formateur un salaire d'apprenti d'environ 700 euros par mois, douze mois sur douze.

Financer ses études : ce qu'il faut savoir sur le travail, les bourses et les emprunts

Une scolarité dans le supérieur coûte cher dans tous les cas. Et, pour beaucoup d'étudiants, la seule alternative reste de trouver des sources financières extérieures : travail, emprunt... Il est aussi possible, sous certains critères sociaux, de bénéficier de bourses d'État.

fleche-rouge Étudier en travaillant

Pour financer leurs études, certains sont obligés de travailler. Mais attention à ne pas vouloir trop en faire : avoir une activité professionnelle oui, mais à temps partiel.

Beaucoup d'étudiants se retrouvent en effet en situation d'échec, faute d'avoir assez de temps disponible pour étudier. L'idéal est évidemment de trouver un travail permettant d'enrichir les compétences acquises par les études. C'est par exemple ce qu'a réussi Jennifer qui, tout en préparant un diplôme d'infirmière, a trouvé un travail à temps partiel d'aide-soignante dans une clinique privée.

Certains parcours d'études (en particulier à l'université) proposent un découpage des enseignements par unités de valeur (ou d'enseignement) capitalisables. Ce système permet aux étudiants qui le désirent d'étaler dans le temps la durée de leurs études, et donc de combiner plus facilement études et activité professionnelle.

fleche-rouge Différents types de bourses

Pour vos démarches, contactez le secrétariat de votre établissement secondaire dès la fin du premier trimestre de l'année scolaire, et renseignez-vous auprès des services sociaux du CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires). De son côté, le ministère de l'Éducation nationale propose les bourses suivantes.

Les bourses sur critères sociaux, accordées en fonction des ressources des parents, de la taille de la famille et de la distance domicile familial-lieu d'études, aux étudiants de moins de 28 ans. Un complément peut être octroyé pour compenser les frais de déplacement. Pour un élève scolarisé en classe de terminale, les démarches sont à entreprendre avant Pâques au secrétariat du lycée.

L'aide au mérite est un complément venant s'ajouter à la bourse précédente ou qui peut être octroyée à un non boursier dont la famille n'est pas imposable, même si cette famille n'a pu bénéficier de la bourse sur critères sociaux. La condition pour un élève de terminale : avoir réussi le bac avec mention très bien.

Les aides à la mobilité sont strictement réservées à des étudiants qui font leurs études supérieures à l'étranger.

Les aides du fonds national d'urgence sont destinées à des étudiants en grande difficulté (situation de détresse, rupture avec les parents, reprise d'études après 28 ans).

Pour en savoir plus, consultez le site du CNOUS, notre dossier "Des bourses pour financer vos études" et le portail étudiant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

fleche-rouge Des aides diverses

Il existe également de nombreuses aides octroyées par des organismes divers : les caisses d'allocations familiales (pour les aides au logement étudiant et diverses aides sociales), certaines collectivités territoriales (régions, départements, communes), des ministères gestionnaires de formations supérieures (ces aides sont alors réservées aux étudiants qui fréquentent leurs formations : agricoles, militaires, culturelles, artistiques, sportives, santé), des institutions internationales (en particulier : l'Union européenne, mais aussi l'Office franco-allemand de la jeunesse et bien d'autres, sur lesquels vous pourrez tout savoir en contactant les services de l'ambassade du pays qui vous intéresse), des organisations professionnelles patronales, des grandes entreprises, des fondations, etc. Ces aides peuvent s'ajouter à des bourses ou être accordées à des étudiants non-boursiers.

Pour en savoir plus, consultez les sites de la CAF et de l'Office franco-allemand pour la Jeunesse.

fleche-rouge Les prêts

Contracter un prêt pour financer vos études est un bon moyen d'obtenir un diplôme de qualité qui vous permettra de trouver un travail puis de rembourser ce prêt. Sachez que nombre d'organismes prêteurs vous proposent de ne rembourser qu'au terme de vos études, voire une fois que vous aurez signé votre premier contrat de travail. Étudiez et comparez les formules qui s'offrent à vous, et surtout, faites jouer la concurrence.

Un conseil : sollicitez l'aide des établissements d'enseignement supérieur car la plupart d'entre eux ont signé une convention avec une banque permettant de bénéficier d'un prêt à taux avantageux, et l'école se porte parfois garante auprès de cette banque.

Le prêt bancaire sans condition de ressources
Il existe une possibilité d'obtenir un prêt bancaire sans condition de ressources, avec garantie offerte par l'État, et taux d'intérêt très avantageux, dont le montant est plafonné à 15 000 euros par an. Et si vous vous destinez à des études universitaires, sachez qu'il est possible de solliciter un prêt sans intérêt (prêt à taux zéro), remboursable après la fin des études, et ce, même si vous n'êtes pas boursier.

Retrouvez des informations complémentaires dans notre dossier "Les prêts étudiants à la loupe".

En savoir plus 
Pour votre budget
Calculez votre budget étudiant grâce à notre simulateur exclusif pour le prix de vos études.
Aides financières : les coups de pouce pour étudier.
Bourses et aides : questions/réponses.
Comment s'assurer au meilleur prix.
Les prêts étudiants à la loupe.
Budget étudiant : nos astuces pour dépenser moins.
Un prêt accessible à tous les étudiants.
Le 10e mois de bourse accordé, et après ?
Le permis de conduire pas (trop) cher.
- Notre chat spécial "bourses et logement étudiants" : l'Etudiant répond à vos questions.
- Pour partager vos expériences et poser vos questions, rendez-vous sur le forum "Bourses".

Pour votre logement
Location étudiante, nos conseils anti-galère.
Logement étudiant : quels loyers prévoir ?
Logement étudiant : 6 résidences privées au banc d'essai.
À quoi ça ressemble, une cité U ?
- Notre chat spécial “Comment trouver son logement étudiant” : l'Etudiant a répondu à vos questions.
- Test : êtes-vous fait pour la colocation ?

Sur l'Etudiant Trendy
Banque : 6 cartes bancaires au banc d'essai.
Ma coloc a 90 ans.
J'ai choisi la colocations solidaire
Bed&School, un bon plan logement étudiant.
Le bon d'Emma pour se loger à Paris.
Nos annonces pour trouver votre coloc'.
Annonces de colocation, mode d'emploi.