1. Banque : votre argent les intéresse !

Banque : votre argent les intéresse !

Envoyer cet article à un ami

Vous souhaitez ouvrir votre premier compte en banque ? Privilégiez les "packages" dédiés aux étudiants, que proposent toutes les banques.

Bonne nouvelle : les banques vous aiment ! Elles savent du moins que la période de "vaches maigres" qui caractérise souvent la vie étudiante précède – si tout se passe bien – une période plus faste, celle où le "jeune actif" jouit de revenus réguliers et commence à s’endetter pour acheter une voiture, un premier logement, etc. Elles ont donc tout intérêt à le séduire lorsqu’il a moins de 25 ans et à le garder sous son aile en prévision des jours meilleurs. En effet, seuls 2 % des clients changent de banque chaque année. C’est pourquoi toutes proposent des conventions dédiées aux jeunes et/ou aux étudiants, qui intègrent généralement un compte-chèques, une carte bancaire, une assurance contre le vol des moyens de paiement et une facilité de caisse, le tout à des conditions avantageuses.
Dès lors que vous avez des ressources et des dépenses, vous avez tout intérêt à signer une telle convention plutôt qu’à ouvrir un simple compte-chèques. Celui-ci est utile, mais pas suffisant. C’est le compte ordinaire que vous utilisez pour déposer vos "disponibilités" (argent de poche, étrennes, salaires des petits boulots…) et pour gérer votre budget. À l’occasion de son ouverture, votre banque sera légalement obligée de procéder à un certain nombre de vérifications : vous devrez notamment prouver votre identité, justifier de votre domicile et déposer un spécimen de votre signature. La banque se renseignera aussi auprès de la Banque de France pour s’assurer que vous n’êtes pas frappé d’une interdiction d’émettre des chèques. Une fois rassurée, elle vous remettra un ou plusieurs RIB (relevés d’identité bancaire) sur lesquels ­figurera votre numéro de compte, et qui vous serviront pour autoriser des prélèvements ou bénéficier de virements.


Découverts : pensez à négocier !

Les agios sont des intérêts ­perçus automatiquement par votre banque lorsque votre compte est à découvert. Ceux-ci sont calculés en fonction de la somme, de la durée et du taux d’intérêt du découvert. À cela s’ajoutent les frais et commissions. Vous devez savoir précisément combien vous coûterait cette situation. Dans votre convention de compte, ces agios sont exprimés par le TEG (taux effectif global), qui représente le coût global du découvert, sous la forme d’un pourcentage annuel. La plupart du temps, les conventions dédiées aux étudiants incluent une "facilité de caisse" : il s’agit d’un découvert autorisé, pendant une période limitée, et pour lequel les agios seront réduits, voire nuls. Au-delà, vous passez dans la "zone rouge", celle des découverts non autorisés, qui peuvent coûter très cher. L’existence de cette convention de compte ne vous dispense pas de tenter une négociation avec votre chargé de clientèle qui peut effectuer des petits gestes commerciaux – par exemple si vous ouvrez non seulement un compte chèques, mais également un Codevi. Enfin, vous devez savoir que le taux pratiqué par votre banque doit être inférieur au seuil de l’usure légale publié au Journal officiel chaque trimestre. Au 1er trimestre 2007, ce taux était de 19,25 % et le taux moyen pratiqué par les banques de 14,44 %.

 


Laurence Beauvais

 


Sommaire du dossier
Définissez vos besoins