Par Samantha Corti, publié le 18 Août 2014

À la veille de la rentrée universitaire 2014, le gouvernement a dévoilé le 17 août ses mesures relatives aux bourses et logement étudiants. Avec quelques améliorations dont se félicite l'UNEF, mais que le principal syndicat étudiant estime encore insuffisantes au vu de l'augmentation du coût de la vie.

Benoît Hamon et Geneviève Fioraso ont annoncé dans un communiqué commun les nouveaux chiffres sur le coût de la rentrée étudiante. Parmi les mesures avancées, la poursuite de la réforme des bourses étudiantes mise en place en septembre 2013.

77.550 nouvelles bourses annuelles de 1.000 €

Seront notamment distribuées 77.550 nouvelles bourses annuelles de 1.000 €, réservées aux étudiants des classes moyennes aux revenus modestes, ainsi qu'aux boursiers échelon 0, qui ne bénéficiaient d'aucune aide jusqu'à présent. Vous serez donc près de 132.500 à bénéficier de cette bourse.

Pour les 8.000 jeunes en "situation d'autonomie avérée", 1.000 allocations annuelles supplémentaires seront versées dès septembre 2014 (s'ajoutant aux 1.000 déjà créées en 2013). Des allocations allouées indépendamment du revenu des parents et comprises en 4.000 € et 5.500 €.

Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a tenu à souligner le double effort fait sur l'augmentation des montants des bourses étudiantes (+0,7%) et sur les frais d'inscription. Comme chaque année, ils sont revalorisés, mais de manière "la plus faible depuis dix ans". Comptez, à l'année, 184 € (+1 € par rapport à 2013) pour une inscription en licence, 256 € (+2 €) pour un master, et 391 € (+3 €) pour un doctorat.

Les chiffres des bourses pour 2014-2015

Les bourses sur critères sociaux 2014-2015
Échelon Montant des bourses
0 Exonération du paiement des droits universitaires dans les établissements publics et du paiement de la cotisation à la Sécurité sociale étudiante.
0 bis  1.007 €
1  1.665 €
2  2.507 €  
3  3.212 €
4  3.916 €
5  4.496 € 
6  4.768 €
7  5.539 €

Pour l'UNEF, “pas à la hauteur de la hausse du coût de la vie étudiante”

Pour Juliane Charton, responsable des questions sociales à l'UNEF, la revalorisation des bourses "est positive, mais elle n'est pas à la hauteur de la hausse du coût de la vie étudiante". D'après la dernière enquête du syndicat publiée le 18 août, le coût de la vie étudiante augmente cette année de 2 %, notamment à cause de la hausse des loyers, des charges locatives et des frais obligatoires type frais d'inscription, cotisations à la Sécurité sociale, etc. De la même manière, elle se félicite de la faible hausse des frais de scolarité annoncée, mais insiste : "Dans l'idéal, nous souhaitons un gel des frais d'inscription ainsi que du prix du ticket restaurant et des cotisations sociales."

Toujours d'après l'enquête de l'UNEF, la précarité étudiante met en péril la réussite et l'accès à l'enseignement supérieur. Un étudiant sur deux travaille pour financer ses études, et, parmi eux, près de 30 % ont un job à plein temps contre 18,6 % en 2006. Plus préoccupant, plus de la moitié des étudiants salariés déclarent travailler car leur revenu est "indispensable pour vivre".

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !