Bourses : qui sont les bénéficiaires et comment améliorer la prise en charge ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 04 Novembre 2020
4 min

Qui sont les étudiants bénéficiaires des bourses ? Combien touchent-ils en moyenne ? Comment améliorer la prise en charge des jeunes en situation de précarité ? L’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche a publié en octobre un rapport sur les bourses de l'enseignement supérieur.

En 2019, environ 710.000 étudiants ont reçu une bourse publique de l'enseignement supérieur, délivrée sur la base de critères sociaux, soit près de 39% de la population étudiante. Certains établissements peuvent aussi octroyer des bourses, mais cela n’a pas été pris en compte dans ce rapport.

Lire aussi

Les aides représentent plus de 26% de vos ressources

Selon les données les plus récentes de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), les aides publiques (bourses, allocations logement, etc.) représentent plus de 26% des ressources mensuelles des étudiants. Un taux qui s’élève à près de 52% pour les étudiants boursiers, soit un montant mensuel moyen de 364 €.

Ces taux varient grandement entre les étudiants, selon leur échelon de bourse et le cumul éventuel de plusieurs aides. Aux bourses nationales s’ajoutent parfois celles des conseils régionaux, départements, communes et métropoles. Les aides n’ont, en outre, pas la même fonction pour tous les étudiants. Pour les uns, elles représentent une condition nécessaire pour faire des études, pour d'autres, un complément bienvenu, pour certains encore, un coup de pouce occasionnel…

Lire aussi

Plus de boursiers en STS

La plus forte concentration de boursiers se trouve en sections de techniciens supérieurs (STS) : plus d’un étudiant de BTS sur deux est boursier, soit un chiffre plus élevé qu’à l’université où les boursiers représentent 42% des effectifs en 2019. À l’autre extrémité du spectre, on trouve moins de 13% de boursiers en écoles de commerce.

Le rapport note aussi une différence entre les académies. Certaines accueillent une proportion très élevée de boursiers (Outre-Mer mais aussi Amiens, Clermont-Ferrand, Limoges, Montpellier, Orléans…) tandis que d’autres en comptent moins que la moyenne nationale (Paris, Versailles, Lyon, Strasbourg…).

Lire aussi

Améliorer la lisibilité des aides

Pour améliorer le système de bourses publiques, l’inspection recommande d'améliorer la lisibilité d'ensemble des aides existantes. Elle recommande par exemple d’attribuer des moyens spécifiques et durables au site etudiant.gouv.fr, de développer des réseaux de référents dans les universités, ou encore de donner des informations sur les bourses dans Parcoursup.

Les CROUS pourraient aussi être renforcés dans leur rôle de gestionnaire. Un processus de guichet unique s’est déjà mis progressivement en place à travers votre "dossier social étudiant" (DSE) du CROUS. Il permet de rassembler les informations ouvrant droit aux bourses mais aussi à d’autres aides, notamment relatives au logement.

Lire aussi

Des aides locales très diverses

Les collectivités locales sont attachées à faire valoir leurs aides plutôt qu’à les inclure dans un système unique. Les aides des conseils régionaux, départements et communes sont par ailleurs multiples et très diversifiées, à la fois en termes de besoins couverts (aides sociales, aides à la mobilité, etc.) et de montants (de quelques euros à 2.000 € par an).

L’inspection préconise enfin de poursuivre l'analyse des ressources des étudiants pour comprendre comment les bourses répondent vraiment à vos besoins.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une bourses et prêts étudiants

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !