1. Budget : comment ils ont financé leurs études

Budget : comment ils ont financé leurs études

Envoyer cet article à un ami

8 jeunes diplômés, aujourd’hui en situation professionnelle, reviennent sur leur parcours d’études et la façon dont ils l’ont financé. Ils vous livrent leurs astuces et leurs bons plans. Qu’ils aient été soutenus par leurs parents, par une bourse, un job et/ou un prêt, pour tous l’investissement s’est révélé rentable à tous points de vue.

Audrey Gaudinière, 26 ans, diplômée d’un master 2 d’urbanisme, est aujourd'hui chargée d’affaires dans le bâtiment et les travaux publics.


4 ans de fac à Nice + 1 an de fac à Paris : son budget
- Frais scolarité + sécu : 1.325 €
- Vie quotidienne + logement : 30.060 €
Total des frais d'études pour Audrey sur 5 ans : 31.385 €
Salaire annuel net actuel : 22.800 €



Audrey, diplômée d'un master 2 d'urbanismeAvant d’obtenir son master 2 d’urbanisme de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (77), Audrey a suivi un cursus en 2 temps. Jusqu’à son master 1 de géographie, elle était à Nice (06), chez ses parents. Nourrie, logée, elle travaillait 12h par semaine comme caissière, les vendredis et samedis, pour 300 € par mois. "De l’argent de poche pour m’habiller et payer mes sorties, de quoi aussi apprendre à gérer mon budget", précise la jeune femme, qui a choisi de suivre un master 2 à Paris.

Une nouvelle vie, un autre budget…


Côté logement, elle cohabite dans un deux-pièces avec 2 amis (430 € chacun, dont 90 € couverts par l’APL, l’aide personnalisée au logement). Comme elle ne veut pas travailler pendant cette année "pour pouvoir rentrer régulièrement à Nice", Audrey anticipe sur ses ressources. "Pendant 3 mois d’été, j’ai travaillé de 5h du matin à 20h, avec des heures supplémentaires, dans une entreprise de transport de fonds." De quoi récolter 7.500 € au total. Comme cela ne suffit pas, elle emprunte 6.000 € à la banque. "Mes parents m’ont aidée à rembourser les intérêts dès la 1ère année."

Côté dépenses, elle tient un budget précis, "sur tableau Excel" : 20 € par semaine pour se nourrir ("le plus souvent à la maison, rarement au restaurant"), 30 € par mois de téléphone, 116 € maxi pour chaque aller-retour Paris-Nice, etc. "C’était serré, mais je n’ai pas eu l’impression de me priver", note cette jeune diplômée, qui a trouvé un premier emploi 2 mois après son master. Elle est aujourd’hui chargée d’affaires dans une entreprise de BTP (bâtiment et travaux publics) et gagne 1.900 € net par mois.


Tout le monde n’est pas comme Audrey…
En travaillant pendant 3 mois d’été, à Paris, Audrey a gagné 7.500 €. En moyenne, les étudiants qui travaillent pendant l’année, en parallèle à leurs cours, perçoivent 2.700 € par an, d’après l’enquête "Conditions de vie des étudiants 2006" réalisée par l’OVE (Observatoire national de la vie étudiante).


Méthodologie : le coût de leurs études
Les dépenses de chaque étudiant présenté ici tiennent compte des frais de scolarité, du coût du logement et de l’ensemble des frais liés à la vie quotidienne (alimentation, transports, loisirs…) pour toute la durée de leur études. Quand les jeunes étaient hébergés chez leurs parents, le coût de la vie quotidienne a été évaluée sur la base des enquêtes de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante). Seules les allocations logement perçues (APL) ont été déduites du coût des études. Nous n’avons pas déduit les rentrées d’argent dues aux petits boulots, aux bourses, aux prêts, ainsi que les diverses aides parentales.
I.M.


Sommaire du dossier
Bastien, 2 ans de prépa et 3 ans de fac : "En travaillant le week-end, j’ai fait des économies sur les sorties" Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs" Linda, 2 ans de prépa et 3 ans d’école de commerce : "Mon année de césure m’a permis de me renflouer" Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace" Vincent, 1 an en fac et 4 ans à l’ESAG : "Comme je travaillais, je n’ai pas pu faire de stage" Marion, 3 ans d'école d’infirmière : "J’ai fait des études qui ne coûtaient pas cher dans une ville peu chère" Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"