1. Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"

Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"

Envoyer cet article à un ami

8 jeunes diplômés, aujourd’hui en situation professionnelle, reviennent sur leur parcours d’études et la façon dont ils l’ont financé. Ils vous livrent leurs astuces et leurs bons plans. Qu’ils aient été soutenus par leurs parents, par une bourse, un job et/ou un prêt, pour tous l’investissement s’est révélé rentable à tous points de vue.

Christophe Grangier, 28 ans, diplômé d’un BTS productique mécanique, technicien en aéronautique.


2 ans de BTS en alternance à Drancy (93)

Frais scolarité + sécu : 0 €
Vie quotidienne + logement : 20.400 €, financés par son salaire d’apprenti
Total des frais d’études pour Christophe sur 2 ans : 20.400 €
Salaire annuel net actuel : 23.400 €



"0 euro", c’est ce que ses études lui ont coûté. Après un BEP et un bac pro en apprentissage, Christophe a choisi de préparer un BTS productique mécanique sur le même mode. "Pour le côté très pratique des études, mais aussi pour l’aspect financier : à partir de la terminale, j’ai voulu me prendre en charge." C’est que le jeune homme est devenu papa à 20 ans, l’année de son bac. Il s’installe alors avec sa femme, elle aussi étudiante. Tous les deux ont fait le choix de l’alternance – son épouse est en BTS professions immobilières en contrat d’apprentissage. "À nous deux, nous gagnions 1.450 € par mois : 850 € pour moi et 600 € pour elle."


Logés en HLM à Villepinte (93), la petite famille touche l’APL (aide personnalisée au logement) et le père de Christophe paie une part des 150 € de loyer restant. Seules les dépenses courantes et une carte de transport hebdomadaire sont à la charge du couple. "Autant nous étions ric-rac quand nous nous sommes installés ensemble et que le bébé est arrivé, autant nous étions plus à l’aise dès que j’ai été en BTS", se souvient-il. Une fois tous les frais payés pour eux et le bébé, il restait encore un peu d’argent chaque mois pour un restaurant ou un cinéma. Avec le recul, Christophe juge son parcours d’études difficile, mais "le jeu en valait la chandelle", juge-t-il. "Grâce à l’expérience professionnelle acquise en apprentissage, j’ai trouvé du travail dans un bureau d’études, en CDI (contrat à durée indéterminée), dans les 2 semaines qui ont suivi la fin de mes études." Dorénavant technicien en aéronautique chez Eurocopter, Christophe gagne 1.950 € net par mois.

 


Tout le monde n’est pas comme Christophe…
Père à 20 ans, Christophe a dû ajouter une ligne budgétaire pour son bébé dans son budget étudiant. Le "coût" d’un bébé est au minimum de 4.000 € par an et peut grimper à 7.000 € ou 10.000 € selon le mode de garde. En BTS productique mécanique, Christophe a pu, en revanche, compter sur l’argent gagné en alternance.


Méthodologie : le coût de leurs études
Les dépenses de chaque étudiant présenté ici tiennent compte des frais de scolarité, du coût du logement et de l’ensemble des frais liés à la vie quotidienne (alimentation, transports, loisirs…) pour toute la durée de leur études. Quand les jeunes étaient hébergés chez leurs parents, le coût de la vie quotidienne a été évaluée sur la base des enquêtes de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante). Seules les allocations logement perçues (APL) ont été déduites du coût des études. Nous n’avons pas déduit les rentrées d’argent dues aux petits boulots, aux bourses, aux prêts, ainsi que les diverses aides parentales.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Bastien, 2 ans de prépa et 3 ans de fac : "En travaillant le week-end, j’ai fait des économies sur les sorties" Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs" Linda, 2 ans de prépa et 3 ans d’école de commerce : "Mon année de césure m’a permis de me renflouer" Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace" Vincent, 1 an en fac et 4 ans à l’ESAG : "Comme je travaillais, je n’ai pas pu faire de stage" Marion, 3 ans d'école d’infirmière : "J’ai fait des études qui ne coûtaient pas cher dans une ville peu chère" Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"