1. Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace"

Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace"

Envoyer cet article à un ami

8 jeunes diplômés, aujourd’hui en situation professionnelle, reviennent sur leur parcours d’études et la façon dont ils l’ont financé. Ils vous livrent leurs astuces et leurs bons plans. Qu’ils aient été soutenus par leurs parents, par une bourse, un job et/ou un prêt, pour tous l’investissement s’est révélé rentable à tous points de vue.

Hélène Seingier, 27 ans, diplômée d’une école de journalisme, journaliste multimédia.


4 ans à Sciences po Paris, 2 ans à l’école de journalisme de Sciences po Paris : son budget

Frais scolarité + sécu : 0 €
Vie quotidienne + logement : 29.500 €
Total des frais d'études pour Hélène sur 6 ans : 29.500 €
Salaire annuel net actuel : 22.800 €


Hélène, diplômée de l'école de journalisme de Sciences po ParisHélène, diplômée de l’école de journalisme de Sciences po Paris, a réussi l’exploit de suivre 6 années d’études avec seulement 4.500 € d’aide de ses parents. "Je n’avais pas un rond et mes parents non plus", résume cette ancienne boursière à l’échelon 0, qui a pu ainsi être exonérée des frais de scolarité. Grâce à une annonce trouvée à l’église américaine de Paris, elle loge dans une famille pendant 2 ans, en échange de 12h hebdomadaires de baby-sitting. Et elle limite les dépenses : "Restau U tous les midis et soirées entre copines à la maison, je vivais simplement." Chaque mois, ses parents lui versent 80 € et paient sa carte de transport de 40 €. "En passant par les petites annonces du CROUS, je trouvais des boulots d’été, des vendanges et des gardes d’enfants. De quoi me permettre de faire des réserves pour l’année…"

Dans le cadre de son cursus, Hélène part 1 an en Inde. "Là-bas, j’ai battu mon record : je vivais avec 60 € par mois !" Pour payer son billet d’avion et ses déplacements, elle reçoit de Sciences po une aide de 2.000 €. De retour en France, la jeune femme s’installe dans un studio pour un loyer de 400 €, qu’elle finance par des cours particuliers et des missions d’animation commerciale. Une fois à l’école de journalisme, elle est embauchée en contrat d’alternance chez RFO et perçoit une bourse mensuelle de 1.200 €. "J’ai pris un appartement plus grand et, comble du luxe, j’avais Internet !" Hélène travaille aujourd’hui en CDI (contrat à durée indéterminée) à l’agence CAPA, pour Global Mag, une émission d’Arte. Elle gagne 1.900 € net par mois.


Tout le monde n’est pas comme Hélène…
Boursière à l’échelon 0, Hélène a été exonérée des frais de scolarité à Sciences po Paris. Mais 71% des étudiants de Sciences po Paris n’en sont pas exonérés et paient chaque année entre 540 € et 8.900 € de frais pour le bachelor et entre 920 € et 12.500 € au niveau master.


Méthodologie : le coût de leurs études
Les dépenses de chaque étudiant présenté ici tiennent compte des frais de scolarité, du coût du logement et de l’ensemble des frais liés à la vie quotidienne (alimentation, transports, loisirs…) pour toute la durée de leur études. Quand les jeunes étaient hébergés chez leurs parents, le coût de la vie quotidienne a été évaluée sur la base des enquêtes de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante). Seules les allocations logement perçues (APL) ont été déduites du coût des études. Nous n’avons pas déduit les rentrées d’argent dues aux petits boulots, aux bourses, aux prêts, ainsi que les diverses aides parentales.
I.M.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Bastien, 2 ans de prépa et 3 ans de fac : "En travaillant le week-end, j’ai fait des économies sur les sorties" Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs" Linda, 2 ans de prépa et 3 ans d’école de commerce : "Mon année de césure m’a permis de me renflouer" Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace" Vincent, 1 an en fac et 4 ans à l’ESAG : "Comme je travaillais, je n’ai pas pu faire de stage" Marion, 3 ans d'école d’infirmière : "J’ai fait des études qui ne coûtaient pas cher dans une ville peu chère" Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"