1. Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs"

Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs"

Envoyer cet article à un ami

8 jeunes diplômés, aujourd’hui en situation professionnelle, reviennent sur leur parcours d’études et la façon dont ils l’ont financé. Ils vous livrent leurs astuces et leurs bons plans. Qu’ils aient été soutenus par leurs parents, par une bourse, un job et/ou un prêt, pour tous l’investissement s’est révélé rentable à tous points de vue.

Yannick Piquet, 25 ans, diplômé d’une école d’ingénieurs, ingénieur en bureau d’études.


2 ans de prépa publique à Dijon, 3 ans en école d’ingénieurs privée à Paris : son budget

Frais scolarité + sécu : 16.555 €
Vie quotidienne + logement : 29.150 €
Total des frais d'études pour Yannick sur 5 ans : 45.705 €
Salaire annuel net actuel : 25.200 €



Yannick, diplômé d'école d'ingénieursIngénieur civil dans un bureau d’études lyonnais depuis 3 ans, Yannick Piquet a suivi un cursus d’école d’ingénieurs en 3 ans après 2 années de prépa scientifique, entièrement financé par ses parents. Originaire de Dole (39), il passe sa prépa à Dijon (21), la 1ère année en internat (200 € par mois), la 2nde dans un studio (450 € par mois). En déjeunant à la cantine, en rapportant quelques petits plats de chez ses parents et en sortant très peu, il a limité ses frais. "Étant donné le rythme de travail en prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs." Après avoir dépensé 350 € pour les inscriptions aux concours, plus un Dijon-Paris en train pour passer les oraux, Yannick s’installe finalement à Paris, à l’ESTP (École spéciale des travaux publics).

Principale dépense : les frais de scolarité de 5.300 € par an. "Pendant la 1ère année, mon frère était en école de commerce à Bordeaux et c’était un peu serré pour mes parents." Il limite alors les frais en étant logé en internat (300 € mensuels) et en ne dépensant pas plus de 150 € par mois pour ses loisirs. Après un 1er stage au Canada (1.500 €, vol compris), il passe 3 mois à Vesoul (400 € pour se loger), où il est indemnisé à hauteur de 1.500 €. En dernière année, Yannick prend un studio (550 € par mois) avant de partir 6 mois en stage en Chine. Coût du voyage : environ 3.500 €. Un investissement rentable pour cet étudiant qui a décroché son poste d’ingénieur en bureau d’études une semaine après avoir été diplômé, pour un salaire d’environ 2.100 € net par mois.


Tout le monde n’est pas comme Yannick…
Les frais de scolarité de son école s’élevaient à 5.300 € par an. Dans près de 50% des écoles d’ingénieurs, ils sont inférieurs à 600 €.



Méthodologie : le coût de leurs études
Les dépenses de chaque étudiant présenté ici tiennent compte des frais de scolarité, du coût du logement et de l’ensemble des frais liés à la vie quotidienne (alimentation, transports, loisirs…) pour toute la durée de leur études. Quand les jeunes étaient hébergés chez leurs parents, le coût de la vie quotidienne a été évaluée sur la base des enquêtes de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante). Seules les allocations logement perçues (APL) ont été déduites du coût des études. Nous n’avons pas déduit les rentrées d’argent dues aux petits boulots, aux bourses, aux prêts, ainsi que les diverses aides parentales.
I.M.


Sommaire du dossier
Retour au dossier Bastien, 2 ans de prépa et 3 ans de fac : "En travaillant le week-end, j’ai fait des économies sur les sorties" Yannick, 2 ans de prépa et 3 ans d'école d'ingénieurs : "En prépa, j’ai économisé sur les sorties et les loisirs" Linda, 2 ans de prépa et 3 ans d’école de commerce : "Mon année de césure m’a permis de me renflouer" Hélène, 4 ans Sciences po et 2 ans d'école de journalisme Sciences po : "Travailler pendant mes études m’a appris à être efficace" Vincent, 1 an en fac et 4 ans à l’ESAG : "Comme je travaillais, je n’ai pas pu faire de stage" Marion, 3 ans d'école d’infirmière : "J’ai fait des études qui ne coûtaient pas cher dans une ville peu chère" Christophe, BTS en alternance : "Après la terminale, j’ai voulu me prendre en charge"