1. Étudiant et épargnant, c’est possible

Étudiant et épargnant, c’est possible

Envoyer cet article à un ami
Vous êtes plutôt du genre cigale ? Pour vous, l’argent est fait pour être dépensé, surtout quand on en a peu ? Problème : vous ne pourrez peut-être pas faire face à un coup dur ou vous offrir un gros cadeau… Le secret, c’est d’épargner selon ses possibilités.

C’est l’envie d’une nouvelle guitare qui a été le déclic pour Olivier. "Je n’en avais absolument pas les moyens, alors que je gagnais un peu d’argent en donnant des cours de soutien scolaire, reconnaît-il. Je vivais encore chez mes parents, je n’avais ni loyer, ni nourriture à payer. Mais je dépensais tout… J’ai décidé de changer et de mettre un peu d’argent de côté."

Des placements sécurisés

Attention : épargner ne signifie pas boursicoter. Le principe de l’épargne, c’est la sécurité. Même si les taux baissent, vous êtes assuré de récupérer votre capital, plus les intérêts.

Épargner en fonction de sa situation
Vous avez des revenus, réguliers ou non, un projet défini (acheter une voiture, un ordinateur, trouver un appartement…) ou juste l’envie de vous assurer un petit matelas au cas où ? Comment bien épargner ? Tout dépend de vos possibilités et de vos désirs, car cela va, en partie, déterminer la manière dont vous placerez vos deniers.

Le "rendement" de votre argent

Le rendement, c’est-à-dire le pourcentage que votre argent va vous rapporter, est un des critères de choix. Il varie selon les produits d’épargne : le taux est actuellement de 2,25 % pour le livret A et le livret de développement durable, d’au moins 2,25 % pour le livret jeune (les banques sont libres de le rémunérer plus), de 2,75 % pour le LEP (livret d’épargne populaire, réservé aux personnes les plus modestes) et de 1,5 % pour le CEL (compte épargne logement). Ce dernier, en contrepartie de son taux d’intérêt plus faible, permet d’obtenir des avantages dans le cadre d’un PEL (prêt épargne logement).

Des fonds plus ou moins disponibles

Pour un rendement intéressant, il y a bien souvent un prix à payer. Les produits les plus rentables, comme le PEL (rémunéré à 2,5 % depuis 2003 et agrémenté d’une prime d’État de 1 525 € au maximum lors de sa souscription), imposent généralement de bloquer les fonds pendant toute la durée du contrat (de 4 à 10 ans pour un PEL). Il sera alors impossible de renflouer votre compte en banque en piochant dans votre PEL (à moins de le "casser" et donc de perdre les avantages).
À l’inverse, les livrets A, jeune et de développement durable offrent une disponibilité totale. Cet argument a convaincu Olivier, qui a opté pour le livret A. "J’ai tellement hâte de m’acheter cette guitare, confie-t-il, que je refuse d’attendre pour retirer mon argent. En revanche, ça m’a donné une idée : je compte ouvrir un PEL pour pouvoir, à long terme, m’acheter un appartement."

Virginie Plaut

Réalisé en partenariat avec