1. Olivier Vial, délégué national de l’UNI (Union nationale interuniversitaire)

Olivier Vial, délégué national de l’UNI (Union nationale interuniversitaire)

Envoyer cet article à un ami

« Nous veillerons à ce que ces réformes soient réellement menées et qu'elles ne soient pas dénaturées dans leur application ni bloquées par des résistances syndicales. »

Olivier Vial« Nous nous sommes beaucoup investis dans la campagne de Nicolas Sarkozy et son élection nous réjouit bien évidemment. La forte participation avec laquelle il a été élu donne un relief particulier à son mandat. Notre responsabilité est grande à nous aussi, car, durant ces dernières semaines, nous avons réussi à convaincre beaucoup d'étudiants bien au-delà du cercle habituel de l'UNI. Nous continuerons d'avoir des contacts réguliers avec le ministère de l'Education nationale, comme nous le faisons depuis 2002, avec cette fois peut-être, une intensité particulière. »

La professionnalisation des études. « Pour nous, cette question passe aussi par la valorisation du travail salarié que beaucoup d'étudiants effectuent durant leurs études. Il faut que ces périodes en entreprise soient reconnues comme de véritables expériences professionnelles, au même titre qu'un stage. Nicolas Sarkozy s'y est d'ailleurs engagé durant la campagne en proposant également de défiscaliser ces revenus particuliers. »

L'orientation. « Nous partageons la volonté du candidat de l'UMP qui s’est exprimé pour une plus grande transparence des cursus. Le thème de la sélection est un faux thème, car les formations sont de toute façon sélectives, qu'elles le soient à l'entrée ou par l'échec. Ce débat ne doit plus être tabou : la sélection doit être juste et transparente. »

La vie étudiante. « Sur la question du logement étudiant, le bilan du gouvernement de droite est plutôt bon, mais il faut continuer l'effort. Et davantage associer les offices HLM et les régions dans le processus. Il faut aussi favoriser l'accession des étudiants au parc locatif privé en offrant de meilleures garanties aux propriétaires qui s’y engageraient. »

La réforme de l’université. « Elle est urgente pour qu'elle soit plus compétitive sur le plan international. Et aujourd'hui, nous sentons nettement cette envie de changement s'exprimer parmi les étudiants et le corps professoral. Nous veillerons à ce que ces réformes soient réellement menées et qu'elles ne soient pas dénaturées dans leur application ou bloquées par des résistances syndicales. Il y a souvent un grand décalage dans l'Education nationale entre la volonté politique et sa transposition sur le terrain »

Pour aller plus loin, lisez :
 
 
Sommaire du dossier
Retour au dossier Julie Coudry, présidente de la Confédération étudiante Thiébaut Weber , président de la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes) Bruno Julliard, président de l'UNEF (Union nationale des étudiants de France) Olivier Vial, délégué national de l’UNI (Union nationale interuniversitaire) Floréal Mangin, présidente de l'UNL (Union nationale des lycéens)