1. Réagir contre la précarité en milieu étudiant

Réagir contre la précarité en milieu étudiant

Envoyer cet article à un ami

Chaque année, la paupérisation des étudiants ne cesse d’augmenter et nombreux sont ceux qui doivent demander une aide d’urgence. La part des étudiants exerçant une activité rémunérée pour financer leurs études est considérable. Cette situation met en péril la réussite de l’étudiant.

La précarité étudiante

La condition d’étudiant est par définition temporaire : la réussite se mesure à la fois au niveau final des études et à la précocité, l’idéal étant de parvenir au plus vite au terme du parcours le plus long. On ne peut donc pas transposer directement aux étudiants la notion standard de précarité, qui désigne à l’origine la précarité de l’emploi. Par précarité étudiante, il faut entendre l’accroissement des risques d’échec ou d’abandon des études qui résulte de la concurrence entre l’exercice d’une activité rémunérée et les exigences des études. Cette concurrence peut se traduire par une interruption prématurée des études, mais également par la prolongation : les étudiants « précarisés » peuvent être aussi, par un paradoxe apparent, ceux qui s’attardent le plus dans leurs études.

Quelques chiffres significatifs

• 80 000 étudiants demandent chaque année une aide exceptionnelle (Claude Grignon, Rapport sur les étudiants en difficulté, pauvreté et précarité, Observatoire de la vie étudiante, mai 2000).
• 22 600 étudiants sont en situation de pauvreté grave et durable (Rapport Grignon, décembre 2003).
• 107 000 étudiants sont en situation de précarité.
• 173 assistantes sociales pour les services sociaux de tous les CROUS : soit une assistante sociale pour 13 000 étudiants.

Quelles actions mettre en place ?

Pour réagir contre la précarité des étudiants, les associations étudiantes peuvent organiser des collectes de tickets RU. Ces tickets seront ensuite reversés aux étudiants en situation de précarité.
Cette collecte de tickets RU peut s’organiser de différentes manières :
• collecte directe auprès des étudiants à l’entrée des restaurants universitaires ;
• un ticket RU comme ticket d’entrée lors d’une soirée ;
• un tournoi sportif, un événement culturel ou comme monnaie d’échange contre un petit-déjeuner.
Les étudiants peuvent également organiser divers débats et conférences pour informer et sensibiliser sur la situation des étudiants. Soyez à l’origine du débat dans vos établissements, dans vos villes pour amener la situation à changer car la précarité est souvent synonyme d’exclusion.

Les CROUS évoluent, les actions aussi…

Certaines académies ont mis en place des cartes magnétiques en remplacement des tickets RU : il faut donc revoir les actions à mettre en œuvre. Une collecte de don peut être mise en place et les dons seront reversés directement (aide financière) ou indirectement (aide vestimentaire, accès à la culture…) aux étudiants en situation précaire. Vente de gâteaux/café, braderie solidaire, opération vide-grenier, ou opération « un euro symbolique contre la précarité étudiante »… il y en a pour tous les goûts ! Cet argent permettra aux étudiants en situation de précarité d’avoir accès à la culture, aux loisirs et/ou de favoriser leur insertion sociale et professionnelle. Il pourra également leur permettre de bénéficier d’une aide alimentaire et vestimentaire auprès du Secours populaire français.

Mettre en place des ateliers d’écriture pour témoigner !

Pendant l’animation d’un stand de sensibilisation et de collecte de tickets de RU, vous pouvez organiser des espaces conviviaux en offrant du café et à l’aide des bénévoles de la fédération locale du Secours populaire français, vous pouvez faire remplir les cahiers « le dire pour agir » qui sont des espaces privilégiés d’expression libre. Ces cahiers sont un moyen essentiel de dénoncer les injustices sociales que subissent les jeunes, en particulier les étudiants. Ils permettent à chacun de parler de ses rêves, de ses déceptions, de ses espoirs et de proposer des solutions pour lutter contre les inégalités sociales, échanger, dialoguer et créer un lien avec le jeune en difficulté. L’ensemble de ces témoignages anonymes, permettra d’interpeller les institutions et les décideurs pour « créer de nouvelles solidarités et un monde plus humain ».


Travailler avec le SPF

Pour leurs actions, le Secours populaire français est aux côtés des associations étudiantes. Organisé en 700 comités locaux, 1215 permanences d’accueil unies dans 98 fédérations départementales, le SPF est venu en aide à 282 000 familles, 100 000 personnes seules et 21 000 jeunes de moins de 25 ans en 2002. Pour toute action, seul le Secours populaire est apte à redistribuer aux étudiants les tickets ou l’argent collecté selon des critères pré-établis. Il suffit aux étudiants de signer un contrat d’engagement avec la fédération du Secours populaire de votre ville. Ce contrat permet de distribuer de façon « équitable » les tickets aux étudiants en difficulté et vous pourrez bénéficier du concours des bénévoles du secours populaire pour une organisation optimale de vos stands, conférences, collectes… De plus, n’hésitez pas à solliciter l’aide des CROUS.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Dépoussiérer les statuts Réussir l'AG de son asso Développer une vie démocratique dans votre association Prévenir les risques et assurer votre association Réaliser un budget prévisionnel Rédiger un plan de trésorerie Comment embaucher un salarié ? Choisir un logo et un nom pour son association Rédiger un dossier de partenariat Quelques règles pour négocier avec des partenaires Communiquer avec les médias Obtenir une subvention FSDIE Obtenir une subvention Culture-Action Monter un journal étudiant Organiser une conférence Organiser un voyage au ski Sécurité routière et consommation de substances psychoactives Organiser une action de prévention routière contre l'alcool Monter une action de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) et comportements à risques Organiser le téléthon des associations étudiantes Réagir contre la précarité en milieu étudiant Organiser une braderie solidaire sur votre campus La semaine étudiante du commerce équitable Bien finir l'année universitaire Organiser et dynamiser un réseau associatif étudiant