1. Six idées reçues sur le prêt étudiant
Publi-info

Six idées reçues sur le prêt étudiant

Envoyer cet article à un ami
prêt étudiant // © Fotolia
prêt étudiant // © Fotolia

Axel, apprenti en DUT Génie industriel et maintenance à Saint-Malo, se pose des questions sur le prêt étudiant.

Vous êtes étudiant et vous avez des envies, ou besoin, d’une aide de financement ? Avec Axel, 20 ans, apprenez tout sur le prêt étudiant et chassez les idées reçues.

« C’est compliqué de souscrire un prêt étudiant »

Faux ! Vous pouvez le faire à distance, depuis le site web de la banque. Dans ce cas-là, vous faites une simulation en ligne, après laquelle un rendez-vous vous sera proposé avec un conseiller. Cet entretien peut se faire en agence ou par téléphone. Le but de votre interlocuteur n’est pas de vous contrôler, mais de définir avec vous les modalités du prêt étudiant (montant et fréquence des remboursements, apport, etc.) pour l’adapter au mieux à votre façon de vivre. Il ne faut pas que le prêt vous pèse.

« Une fois qu’on a dit oui, on ne peut plus revenir en arrière »

Quasi faux ! Une fois que votre dossier a été accepté par la banque prêteuse, vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus (soit deux semaines complètes), à compter de votre acceptation du crédit. Ce délai correspond à la période légale de réflexion dont bénéficie tout signataire d’un emprunt.

« C’est pour les étudiants aisés » html>

Faux ! Le prêt étudiant ne nécessite pas d’apport préalable. Bien entendu, un apport est toujours utile, ne serait-ce que pour diminuer les mensualités de votre prêt et la durée de remboursement. Par ailleurs, des accords existent entre les banques et certaines écoles et universités, avec des conditions et des modalités d’emprunt négociées. Renseignez-vous directement auprès de votre conseiller bancaire. Enfin, si vous ne trouvez pas de garant, l’État peut dans certains cas faire office de caution.

« Je vais m’endetter sur vingt ans » html>

Impossible ! Vous pouvez emprunter sur une durée de 4 à 144 mois, soit 12 ans maximum, quel que soit le niveau de vos études. D’autre part, si vous pensez que vos capacités de remboursement sont fragiles actuellement – normal, vous êtes étudiant ! – sachez que dans quelque temps, vous travaillerez et percevrez un salaire. À ce moment-là, vous pourrez renégocier votre prêt : vous raccourcirez sa durée en augmentant les remboursements.

« Les taux du prêt étudiant sont élevés »

Faux ! Les taux d’intérêt, qu’on surnomme le « loyer de l’argent », n’ont jamais été aussi bas, sur une aussi longue période, pour autant de pays, de la zone euro au Japon en passant par les États-Unis. Et les banques centrales estiment que cette situation va encore se poursuivre pendant plusieurs années. Profitez-en !

« Je vais devoir rembourser le double de ce que j’emprunte ! »

Faux ! Faisons les calculs : avec un taux à 0,99 %, si vous empruntez 5 000 €, vous devrez rembourser 5 177 €. C’est-à-dire que la banque ne vous demandera que 177 € en plus. Cela fait environ 61 € à rembourser chaque mois pendant 7 ans, hors assurance facultative, qui reviendrait à ajouter 4,5 € par mois. Il faut se souvenir que les banques proposent ces prêts avantageux pour favoriser l’autonomie des étudiants : elles n’auraient aucun intérêt à les mettre en difficulté.