Ces infos surprenantes apprises sur l’Afrique grâce au WikiChallenge Écoles d’Afrique !

Par L'Etudiant Fab, publié le 03 Octobre 2022
6 min

Vous pensiez connaître l’Afrique ? Vous aviez tort ! Voici au moins sept choses que vous ne saviez pas (et nous non plus) sur ce beau continent. Merci aux écoliers des Écoles Nu-mériques de la Fondation Orange en Afrique pour ces informations insolites et instructives publiées à l’occasion du WikiChallenge Écoles d’Afrique.

Voilà déjà deux décennies que la Fondation Orange œuvre pour faire du numérique un facteur d’égalité des chances. Une ambition qu’elle décline également à l’international, dans les pays où Orange intervient en tant qu’opérateur. La preuve, notamment, avec leprogramme « Écoles Numériques », qui entend développer l’éducation numérique des écoliers africains, dont les écoles sont démunies en livres scolaires et cahiers et privées d’accès internet. Concrètement, la Fondation Orange connecte au monde et au savoir pas moins de 1400 écoles primaires dans 16 pays d’Afrique (les fameuses Écoles Numériques), favorisant ainsi l’intégration sociétale d’un demi-million d’enfants ! Avec ce programme, la Fondation Orange espère aussi former une génération capable de mieux représenter l’Afrique en ligne. Eh oui, à cause du sous-développement numérique du continent, la plupart des contenus sur l’Afrique sont rédigés par des éditeurs qui n’ont aucun lien avec elle, ce qui entraîne une carence d’informations authentiques en ligne.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le WikiChallenge Écoles d’Afrique. Il s’agit d’un concours de publications développé en partenariat avec l’ONG Wiki In Africa, qui s’adresse aux enfantsscolarisés dans les Écoles Numériques de la Fondation Orange. Le concept ? Ils racontent leur Afrique sur Vikidia (le Wikipédia des enfants), en rédigeant une page sur un thème qui est important pour leur communauté. Ils font ainsi d’une pierre deux coups en développant leur culture numérique et en mettant en valeur sur la Toile les richesses culturelles de l’Afrique. On s’est plongé attentivement dans la lecture de ces publications insolites sur le quotidien (jamais relayé par les médias) de régions méconnueset on vous a concocté un petit florilège (ne faites pas comme si vous saviez déjà tout ça, on sait que c’est faux…).

1. En Côte d’Ivoire, dans l’ethnie Atchan, les prénoms des enfants sont très codifiés

Chez les Atchan, on ne plaisante pas avec les prénoms. Certains d’entre eux sont en effet imposés en fonction de situations bien précises. Par exemple, lorsque trois enfants qui se suivent ont le même sexe, le troisième est appelé « N’Guessan ». Le dixième enfant, lui, est appelé « Awo ». Quant aux jumeaux, ce sont les « N’Djoran ». Il existe encore de nombreuses règles, mais impossible de toutes les citer ici !

2. À Djerba, en Tunisie, le menzel est non seulement une habitation traditionnelle, mais aussi le cadre d’une micro-société

Exploitation agricole typique de l’île de Djerba, le menzel est le cadre d’une micro-société dans laquelle une famille élargie (parents, enfants, petits-enfants) vit en autonomie de ses ressources agricoles et artisanales. Le menzel est délimité par des haies et des hauts murs (qui lui donnent des allures de forteresse) et comprend plusieurs habitations organisées autour d’un patio central. Le domaine du menzel est vaste (plusieurs hectares) et on y trouve tous les équipements nécessaires à la production agricole et à la production de biens de consommation : grenier, écurie, atelier de tissage, huilerie, etc.

3. Le paa’gn est un mollusque très prisé au Sénégal, dont la récolte est exclusivement réalisée par les femmes

Le paa’gn est un fruit de mer que l’on trouve essentiellement dans la lagune de Fadial, au Sénégal. Il est récolté uniquement par les femmes dès lors que la mer se retire. Il s’agit d’un mets très apprécié partout dans le pays. L’offre est rare, la demande est forte, la récolte du paa’gn permet donc aux femmes d’entretenir leur foyer.

4. Au Cameroun, les termites se mangent !

Les termites pullulent dans les pays chauds, où ils sont considérés comme nuisibles (il faut dire qu’ils peuvent détruire une construction en bois en l’espace de quelques semaines à peine). Eh bien au Cameroun, ces nuisibles, on les mange ! En général, les termites sont ramassés la nuit par les enfants, puis consommés crus ou cuits.

5. En Côte d’Ivoire, le pays Agni Sanwi dispose de son propre roi

Situé au sud-est de la Côte d’Ivoire, le royaume du Sanwi est une organisation sociale et traditionnelle séculaire. Le roi est choisi parmi les enfants aînés et bien portants des femmes de la famille royale. Son rôle est crucial, il favorise la paix et la cohésion sociale dans la région.

6. Au Cameroun, on apprécie la saveur des minkong, des larves présentes sur les troncs et feuilles d’arbres

Retour au Cameroun où on raffole également des minkong, des larves présentes sur les troncs et feuilles d’arbres. « Minkong », en langue Bulu signifie « chenilles comestibles ». On les ramasse à la saison des pluies (mi-juillet, août), dès lors que les plantes commencent à se développer et à présenter des feuilles perforées (le signe que les chenilles sont dans le coin).

7. Le sakoalavitsymena, espèce endémique de Madagascar, a côtoyé les dinosaures !

Connaissez-vous le sakoalavitsymena ? Non ? Eh bien figurez-vous que ce mille-pattes à pattes rouges est une espèce endémique de Madagascar, présente sur terre bien il y a déjà 428 000 000 d’années, époque où les dinosaures régnaient sur la planète.

Découvrez les grands gagnants de la quatrième édition du WikiChallenge Écoles d’Afrique

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une vie étudiante

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !