1. Association étudiante : trouvez celle qui vous va
Coaching

Association étudiante : trouvez celle qui vous va

Envoyer cet article à un ami
À l'EDHEC,  une association d'etudiants s'occupe du club de voile et de la célèbre course annuelle de l'école. // © Stephane LAGOUTTE/Challenges-REA
À l'EDHEC, une association d'etudiants s'occupe du club de voile et de la célèbre course annuelle de l'école. // © Stephane LAGOUTTE/Challenges-REA

Sport, culture, humanitaire, sciences, Junior-Entreprise... Dans votre école ou sur votre campus, vous aurez l'embarras du choix. Avant de vous décider pour une association, voici quelques conseils.

À l'université comme dans les écoles, la majorité des établissements disposent d'au moins une association étudiante. Si rien n'est obligatoire, parfois, intégrer une association est vivement encouragé. C'est notamment le cas des écoles de commerce dont certaines proposent des parcours adaptés, mais aussi des écoles d'ingénieurs qui comptent parfois plusieurs dizaines d'assocs. Mais pour profiter pleinement de cette expérience, vous devez vous en préoccuper dès la rentrée.

Un vrai plus personnel et professionnel

Les étudiants sont unanimes : faire partie d'une association est surtout un excellent moyen de s'enrichir sur le plan personnel. "On apprend à se faire plein d'amis, c'est important lorsqu'on arrive dans un endroit que l'on ne connaît pas", explique Rémy, membre de l'association Mondorphine à l'institut de formation en soins infirmiers de Créteil (94). "Cela permet aussi de se changer les idées, surtout pendant les partiels", souligne Alix, étudiante en ingénierie et présidente de l'association IPSA Flight, à Paris.

Lire aussi : Notre annuaire des associations étudiantes

Pour d'autres, c'est aussi la possibilité de compléter leur formation. C'est le cas de Laurine, étudiante en master à Grenoble École de management et membre de GEM Junior-Conseil : "En école de commerce, on a tous les mêmes cours. L'association nous permet de nous démarquer et d'apporter une valeur ajoutée à notre CV". Un avis partagé par Matthieu, étudiant à Toulouse Business School. "Le Petit Tou [un site de bons plans de la ville] m'a permis d'avoir plus confiance en moi, d'apprendre à travailler en équipe et à être plus organisé. Ma formation professionnelle est donc aussi passée par mon parcours associatif."

Faites preuve de curiosité

Pour en arriver là, les nouveaux étudiants doivent prendre le temps de bien choisir leur association. En début d'année, la plupart des établissements organisent des forums de présentation. Pour Alix, cette journée est incontournable : "Il faut bien se renseigner, ne pas hésiter à poser des questions et à participer aux ateliers." Même conseil de la part de Laurine : "Il ne faut pas avoir peur d'aller rencontrer les membres des associations. En général, tout le monde est content d'expliquer son projet aux nouveaux".

Choisissez selon vos affinités

En plus des missions, vous devez aussi faire votre choix en fonction de vos affinités. "L'ambiance est un critère très important. Il faut trouver des gens qui nous correspondent pour pouvoir se sentir bien dans le projet", précise Clémence, étudiante en école de commerce à Lille et présidente de l'association humanitaire Schola Africa.

Définissez vos priorités

Enfin, avant de vous engager, vous devez avoir conscience de ce qui vous attend tout au long de l'année. "Il faut être très prudent : on a envie de tout faire, mais il ne faut pas en faire trop ou l'association peut vite devenir un facteur de stress", avertit Titouan, étudiant en quatrième année d'école d'ingénieurs à Rennes. Pour Coline, qui a préféré privilégier sa licence à son association de quidditch, le plus important est de bien définir son projet : "Il faut d'abord voir comment fonctionne l'école puis évaluer le temps que l'on veut consacrer à son association pour ne pas être submergé".

Car si certaines associations demandent peu d'investissement, d'autres nécessitent entre 10 et 30 heures de travail par semaine. Les étudiants conseillent donc de choisir une à deux associations maximum. "Cela permet d'allier deux univers complètement différents qui nous tiennent à cœur", estime Clémence. "Mais il faut bien comprendre que c'est une charge de travail supplémentaire", insiste Alix.

Pour autant, l’association doit avant tout rester un loisir pour les étudiants. "Même si c'est dur, je ne peux qu'encourager les étudiants à intégrer une association. C'est vraiment une expérience unique à vivre entre potes", conclut Matthieu.