1. Camille, en cité U à Grenoble : "Le campus est un peu à l’écart"
Reportage

Camille, en cité U à Grenoble : "Le campus est un peu à l’écart"

Envoyer cet article à un ami

Arrivée d’Orléans en septembre 2013, Camille, 20 ans, ne connaissait personne à Grenoble. Pour se loger, la jeune femme choisit la résidence Condillac B pour sa "proximité avec l’université Stendhal", où elle étudie une année de droit avant de se réorienter en première année de LEA (langues étrangères appliquées). Visite guidée.

Camille, en cité U à Grenoble : "Le campus est un peu à l’écart"

/
  • Au loin on aperçoit les montagnes grenobloises. // © Delphine Dauvergne
    Au loin on aperçoit les montagnes grenobloises. // © Delphine Dauvergne
  • D’une surface de 18m2, la cuisine a été meublée par chacun des locataires. // © Delphine Dauvergne
    D’une surface de 18m2, la cuisine a été meublée par chacun des locataires. // © Delphine Dauvergne
  • "On mange souvent tous ensemble car nous avons la place". // © Delphine Dauvergne
    "On mange souvent tous ensemble car nous avons la place". // © Delphine Dauvergne
  • "Toutes les personnes qui passent laissent un mot sur la vitre de l’entrée." // © Delphine Dauvergne
    "Toutes les personnes qui passent laissent un mot sur la vitre de l’entrée." // © Delphine Dauvergne
  • Au-dessus de son espace de travail Camille a affiché de nombreuses photos de ses poches. // © Delphine Dauvergne
    Au-dessus de son espace de travail Camille a affiché de nombreuses photos de ses poches. // © Delphine Dauvergne
  • "Un ami qui sait que je rêve de faire le tour du monde me ramène à chacun de ses voyages un souvenir, là un drapeau des Etats-Unis". // © Delphine Dauvergne
    "Un ami qui sait que je rêve de faire le tour du monde me ramène à chacun de ses voyages un souvenir, là un drapeau des Etats-Unis". // © Delphine Dauvergne
  • Les sanitaires sont petits mais propres. // © Delphine Dauvergne
    Les sanitaires sont petits mais propres. // © Delphine Dauvergne
  • Penderie, épices, frigo… tout tient en très peu de place. // © Delphine Dauvergne
    Penderie, épices, frigo… tout tient en très peu de place. // © Delphine Dauvergne
  • "Entre colocataires il faut faire attention à ne pas déranger les autres, mais on a aussi de petites attentions entre nous…" // © Delphine Dauvergne
    "Entre colocataires il faut faire attention à ne pas déranger les autres, mais on a aussi de petites attentions entre nous…" // © Delphine Dauvergne
  • Au loin on aperçoit les montagnes grenobloises. // © Delphine Dauvergne
  • D’une surface de 18m2, la cuisine a été meublée par chacun des locataires. // © Delphine Dauvergne
  • "On mange souvent tous ensemble car nous avons la place". // © Delphine Dauvergne
  • "Toutes les personnes qui passent laissent un mot sur la vitre de l’entrée." // © Delphine Dauvergne
  • Au-dessus de son espace de travail Camille a affiché de nombreuses photos de ses poches. // © Delphine Dauvergne
  • "Un ami qui sait que je rêve de faire le tour du monde me ramène à chacun de ses voyages un souvenir, là un drapeau des Etats-Unis". // © Delphine Dauvergne
  • Les sanitaires sont petits mais propres. // © Delphine Dauvergne
  • Penderie, épices, frigo… tout tient en très peu de place. // © Delphine Dauvergne
  • "Entre colocataires il faut faire attention à ne pas déranger les autres, mais on a aussi de petites attentions entre nous…" // © Delphine Dauvergne
  • Bienvenue à la résidence Condillac B !

    Au loin, on aperçoit les montagnes grenobloises.

  • Une cuisine à se partager

    D’une surface de 18m², la cuisine a été meublée par chacun des locataires.

  • La table de la cuisine

    "On mange souvent tous ensemble, car nous avons la place."

  • Des fenêtres décorées

    "Toutes les personnes qui passent laissent un mot sur la vitre de l’entrée."

  • Les proches ne sont jamais loin

    Au-dessus de son espace de travail, Camille a affiché de nombreuses photos de ses proches.

  • Le lit de Camille

    "Un ami, qui sait que je rêve de faire le tour du monde, me ramène à chacun de ses voyages un souvenir. Là, un drapeau des États-Unis."

  • La salle de bains

    Les sanitaires sont petits mais propres.

  • Pas d’espace perdu !

    Penderie, épices, frigo… tout tient en très peu de place.

  • Les petits mots sur la porte

    "Entre colocataires, il faut faire attention à ne pas déranger les autres, mais on a aussi de petites attentions entre nous…"

Implantée sur le campus universitaire, la cité U Condillac B a l'avantage de disposer de plusieurs services utiles pour les étudiants : "la Poste, un endroit pour faire des photocopies, des bibliothèques…", cite-t-elle. Un hypermarché est également implanté à quelques arrêts de tram. De même, toutes les installations sportives sont à proximité. Camille ne met ainsi que 10 minutes à pied pour aller à son cours d'aïkido.

La résidence universitaire est aussi pourvue d'une laverie dotée de six machines à laver et de trois sèche-linge, de deux restaurants universitaires, d'un garage à vélo, d'une salle de gymnastique et d'une salle ouverte à tous les résidents. Un bâtiment du CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) est également réservé à des événements culturels. "Au début de l'année, un barbecue est organisé pour que les locataires se rencontrent. Des fêtes sont programmées de temps en temps", informe Camille.

Éloignée du centre-ville

Le centre-ville de Grenoble se situe à 30 minutes de tram du campus. "Il y en a jusqu'à 2h00 du matin, donc on peut sortir. Mais habiter en centre-ville est plus simple", admet Camille. "Parfois, j'ai envie d'avoir un appartement dans le centre pour m'évader de l'université, de l'ambiance étudiante. Le campus est un peu à l'écart. Par exemple, pendant la période de Noël, nous ne profitons pas des décorations grenobloises", regrette-t-elle. Autre inconvénient : "Les étudiants désertent le campus le week-end pour rentrer chez leurs parents, ce qui n'est pas mon cas…" L'animation est alors limitée.

Camille ne regrette pourtant pas son choix. "Il me faut un logement pas trop cher, car je finance mes études avec ma bourse (450 € par mois) et mes jobs d'été", justifie-t-elle. Pour sa chambre de 9 m² avec sanitaires inclus et cuisine commune, elle paye 140 € une fois les APL (aides personnalisées au logement) versées par la caisse d'allocations familiales (117 €).

Colocataires : bonnes et mauvaises surprises

"Je préfère rester en logement CROUS, car cela permet de rencontrer des personnes qui ne font pas les mêmes études que nous. On se fait des amis, des sorties et des fêtes ensemble", raconte Camille. Pour elle, ce qui est le plus important c'est de "ne pas être seule".

Ses cinq colocataires et elle dînent souvent ensemble. "Chacun reste autonome et fait ses propres courses, mais il faut ensuite bien s'entendre pour ranger et nettoyer", conseille Camille. Un espace en commun a ses atouts, comme "l'entraide", mais aussi ses inconvénients… "Quand l'un des colocataires fait une fête pendant que l'on révise dans notre chambre, c'est gênant… Il faut également faire attention à ses affaires. L'année dernière, on m'a volé mon ordinateur que j'avais laissé dans la cuisine", avertit Camille.

L'an prochain, Camille projette de rester dans une résidence universitaire, mais en faisant une colocation avec deux amies avec qui elle habitait l'an passé. Une bonne astuce pour se prémunir des mauvaises surprises.

D'autres cités U à découvrir au sommaire de ce dossier

Sommaire du dossier
Retour au dossier Yann, à Paris : "La cité U, c’était la solution la plus adaptée financièrement" Jacqueline, en cité U à Toulouse : "Le bâtiment ressemble à une cage à lapins" Maria, en cité U à Strasbourg : "Entre locataires, nous partageons souvent ce que l’on cuisine" Youcef, en cité U à Besançon : "Je voulais une grande chambre, car j’aime inviter du monde" Camille, en cité U à Grenoble : "Le campus est un peu à l’écart"