Ces trois projets qui luttent contre l'isolement et la précarité des étudiants

Par Amélie Petitdemange, publié le 23 Decembre 2020
5 min

Les fêtes de fin d'année approchent. Mais dans un contexte de crise sanitaire et de confinement, certains étudiants restent isolés. Pour pallier ce phénomène, trois initiatives ont vu le jour à Reims, Poitiers et Lille.

La moitié des étudiants ont souffert d'isolement ou de solitude pendant le confinement, selon une étude OVE publiée en septembre. La précarité étudiante a aussi été accentuée : un tiers des étudiants a déclaré avoir rencontré des difficultés financières, selon cette même étude.

Lire aussi

Chanter, jouer et danser à distance

À l'échelle locale, universités, étudiants et mêmes artistes lancent des initiatives pour leur remonter le moral. Le groupe de musique rémois SoliDam propose par exemple aux étudiants et au personnel de l'université de Reims-Champagne-Ardennes de participer à un clip.

Le projet est basé sur une composition originale du groupe, avec un chœur virtuel. SoliDam a préparé des tutoriels pour apprendre les parties de chant, d'instrument et une chorégraphie aux volontaires.

"Peu importe votre niveau en musique ou en danse. L'idée, c'est d'enregistrer une composition originale et d'en faire le clip", explique un membre du groupe sur Twitter. "Vous pouvez choisir de participer en tant que chanteur, musicien, danseur, ou tout à la fois si le cœur vous en dit", complète un autre musicien.

Les étudiants et le personnel tentés par cette aventure peuvent s'inscrire jusqu'au 15 janvier. Ils seront ensuite coachés par les membres du groupe SoliDam durant l'étape des enregistrements, du 18 janvier au 19 février.

Les participations seront ensuite montées en clip vidéo qui sera diffusé à la fin du mois de mars 2021 sur les réseaux sociaux et sur la chaîne YouTube de l'université de Reims-Champagne-Ardennes.

Un serveur Discord pour renouer le lien

À l'université de Poitiers, l'AFEP (Association fédérative des étudiants de Poitiers) a créé un serveur Discord (application de messagerie instantanée, NDLR) en ligne pour lutter contre l'isolement des étudiants dès le premier confinement.

Le réseau est divisé en plusieurs fils : "Informations" (université, Crous…) mais aussi "Culture" (séries, livres, films, musique…) et "Gaming" (jeux en ligne, blind tests..). Plus d'une centaine d'étudiants inscrits partagent leurs bons plans, leurs états d'âme et organisent des soirées jeux en ligne.

Pour compléter cette initiative, l'AFEP a encouragé les associations étudiantes à créer leur propre serveur Discord lors du deuxième confinement, afin d'apporter des informations plus ciblées.

"Sur ce réseau, nous diffusons des infos centrales, comme la mise en place d'une seconde session d'examens à cause du confinement. Les associations donneront des informations propres aux filières. Le système s'est répandu, avec cinq ou six nouveaux serveurs Discord à l'université de Poitiers", raconte Gabriel Demas, président de l’AFEP.

Lire aussi

"Sortir de sa bulle"

L'initiative a du succès au niveau national. Les universités de Strasbourg et de Rennes ont par exemple leur propre fil. "Cela permet de sortir de sa bulle et de rompre la solitude. Le fait de parler à une autre personne, d'échanger autour d'un sujet autre que les examens, ça fait toujours du bien. C'est un soutien psychologique indirect", explique Gabriel.

Si les étudiants le demandent, les serveurs Discord pourront continuer tout au long de l'année. L'AFEP reste aussi en contact avec les étudiants grâce à une adresse mail dédiée.

Une collecte de Noël pour les étudiants

À l'université de Lille, des étudiants ont monté un projet pour les étudiants en situation de précarité et d'éloignement. Dans le cadre d'un cours sur l'engagement citoyen, solidaire et associatif, ils ont créé une collecte de Noël avec des épiceries solidaires.

"Certains étudiants n'ont pas la possibilité de rejoindre leur famille pour Noël ou même de se procurer des produits alimentaires associés aux fêtes", explique l'université de Lille dans un communiqué. L'objectif est donc de collecter des produits alimentaires festifs non périssables auprès des personnels.

Les 8 et 10 décembre, les étudiants bénévoles ont ainsi organisé des collectes dans six lieux de l'université. Les donations seront notamment redistribuées aux étudiants bénéficiaires des épiceries solidaires des campus. Si la collecte le permet, les produits seront également distribués aux étudiants en exil et aux bénéficiaires de colis alimentaires (Croix Rouge, Secours populaire, Restos du Cœur…).

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road