1. Seul un étudiant sur dix mange au CROUS

Seul un étudiant sur dix mange au CROUS

Envoyer cet article à un ami

Les messages incitant à manger mieux se multiplient. Pourtant, les jeunes continuent d’avoir une alimentation déséquilibrée. Souvent par manque de moyens.

Pour qui veut manger un vrai repas à prix réduit, la solution existe : les restaurants universitaires, les fameux RU. Pas toujours très glamour aux yeux des étudiants, les 580 points de restauration gérés par les CROUS (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires) sont fréquentés régulièrement par seulement 11 % d’entre eux – un chiffre toutefois en augmentation. Pour un coût imbattable (2,80 € !), on peut y prendre un repas complet : entrée, plat, dessert. Depuis quelques années, les RU essayent même de s’adapter à la demande des jeunes : ouverture de cafétérias proposant snacks et pizzas, organisation de journées à thème, etc. Une manière de redorer leur blason, car les critiques envers eux sont presque devenues un sport national. Mais lorsque l’OVE se penche sur les chiffres, la plupart des griefs émanent des jeunes… n’y mettant jamais les pieds !
Cela dit, les problèmes existent, avec deux principaux points noirs : le temps d’attente, et la qualité parfois moyenne des aliments. Pour tenter de juguler les files interminables, le CNOUS – tête de réseau des CROUS – remplace petit à petit le ticket U par une carte monétique permettant de payer son repas plus facilement. Du côté de la nourriture, difficile de mettre tous les restaurants dans le même panier.
"Il y a incontestablement des lieux où l’on mange mieux que d’autres, avoue Dominique Francon, conseiller du directeur du CNOUS à l’alimentation. Mais le personnel est périodiquement sensibilisé au sujet de la diététique, les formations sont régulières. Pour contenter tous les étudiants, notre offre est très large. Nous pouvons proposer des plats équilibrés, mais nous ne pouvons pas choisir à la place de l’étudiant !"

Céline Authemayou
 
Sommaire du dossier
Retour au dossier Manque de temps, manque d’argent Seul un étudiant sur dix mange au CROUS L’apprentissage de l’indépendance Réapprendre à bien manger