1. Lifestyle
  2. Sondage exclusif : comment les jeunes s'informent-ils ?
  3. Presse écrite versus Web : le match est dépassé selon les jeunes

Presse écrite versus Web : le match est dépassé selon les jeunes

Envoyer cet article à un ami

Contrairement à une idée reçue, les jeunes s’intéressent à l’information. Adeptes de la gratuité et du Web, ils semblent toutefois moins attachés à un support en particulier qu’aux infos qu’ils y puisent. Et plus ils s’informent, plus ils sont confiants dans les médias. Voilà quelques-uns des résultats de notre sondage* en ligne, réalisé en partenariat avec les Assises internationales du journalisme et que nous vous détaillons avec l’aide d’experts sur les médias et les jeunes.

Ce que dit notre sondage
Internet arrive donc sans surprise en tête des médias les plus utilisés pour s’informer (38 % des jeunes choisissent ce média en priorité), devant la télévision (33 %), la presse écrite (17 %) et la radio (10 %). Côté presse écrite, la préférence va aux quotidiens gratuits (55 % d’entre eux en lisent au moins un par semaine), devant les hebdos et les quotidiens payants.
Sur Internet, les étudiants vont plus souvent directement sur les sites d’info, tandis que les lycéens sont plus nombreux à passer par des moteurs de recherche (55 % contre 45 %). Et, à tous les âges, les blogs comme les réseaux sociaux arrivent loin derrière les sites média et les moteurs de recherche pour s’informer.

Ce que nous disent nos experts
La presse écrite KO devant le Web. Ce n’est pas un scoop, quoique. “Souvent, les élèves me disent qu’avec Internet ça va plus vite pour trouver une info que sur le papier… alors que nos ordinateurs sont particulièrement lents !” note Émilie Afriat, professeur documentaliste au lycée Marcel-Pagnol d’Athis-Mons. “Notre première mission en CDI (centre de documentation et d'information) est de dire qu’il n’y a pas qu’Internet”, martèle Carole Jaillet, professeur documentaliste au lycée Emiland-Gauthey qui estime que l’effet pervers du Web est de mettre l’élève en position de recherche plus que dans la lecture. “La lecture de la presse permet le feuilletage, c'est-à-dire de se laisser surprendre par un article que l’on ne cherchait pas, souligne cette enseignante. Et sur le Net, une fois l’information trouvée, les élèves ont souvent l’impression d’en avoir terminé, comme s’ils n’avaient pas besoin de la lire.”

Complémentaires, pas exclusifs

Pas question pourtant d’opposer Internet et la presse écrite. “On est souvent dans un combat pour faire lire la presse aux jeunes, note Dorie Bruyas, de l’association Fréquence écoles. Or il faudrait surtout inciter à la pluralité des sources et des modes de lecture, et s’intéresser à la fois à ce qui se fait en ligne et sur le papier.”
Un point de vue que partage Évelyne Bévort, directrice déléguée du CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information), qui note que “plus le sujet semble ‘sérieux’, plus les jeunes vont varier les supports, sans se détourner des media classiques, au contraire.”
Pour Françoise Nowak, professeur documentaliste au lycée Bazeilles, “Internet n’occulte pas le papier. Les deux sont liés. Il m'arrive de voir des jeunes venir en CDI, abandoner l'ordinateur qui est assimilé au travail scolaire, attraper un magazine et s’installer au fond d’un fauteuil pour lire, juste pour le plaisir.” Une revanche du papier pour un combat qui n'a plus lieu d'être ?

* Cette enquête a été conçue en partenariat avec les Assises internationales du journalisme, qui consacrent une journée de débats sur le thème “Jeunes et information”. Ce sondage a été réalisé en ligne sur le site letudiant.fr du 18 octobre au 10 novembre 2010 auprès de 487 jeunes âgés de 16 à 25 ans, lycéens et étudiants.
Emmanuel Vaillant
Novembre 2010

Sommaire du dossier
Retour au dossier Les jeunes suivent l’info oui, mais quelles infos ? Presse écrite versus Web : le match est dépassé selon les jeunes Des jeunes plutôt critiques sur les médias L'info gratuite : un acquis pour les jeunes