1. Lifestyle
  2. Les lycéens dans la rue
  3. Opération coup de poing de lycéens

Opération coup de poing de lycéens

Envoyer cet article à un ami

Mardi 15 avril 2008, les élèves de quatre lycées ont pris tout le monde de court en bloquant les gares de l’Est et du Nord, à Paris. Letudiant.fr était sur les rails. Reportage photo et vidéo exclusif.

8 h 30 du matin, mardi 15 avril 2008. Une cinquantaine de lycéens, soutenus par des enseignants, bloquent depuis une heure l’entrée du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris. Poubelles empilées devant les portes, banderole déployée : le dispositif "habituel" est mis en place pour protester contre les suppressions de postes d’enseignants et leur compensation par des heures supplémentaires. Mais ce matin, les leaders du mouvement ont un "projet". "Une opération coup de poing", précise Hadrien, l’une des "figures emblématiques" qui programment et animent les assemblées générales du lycée. A part les organisateurs, personne ne sait où le groupe va se rendre. Les jeunes qui discutent tranquillement sur le trottoir savent juste que des élèves d’autres lycées doivent passer les chercher. "On ne sait rien jusqu’au dernier moment car les RG (NDLR : les renseignements généraux) rôdent", explique avec sérieux l’un des élèves. Au bout de la rue, une patrouille de police veille au grain.

Les lycéens sur la voie

9 h 30 : brouhaha soudain. Une troupe d’une petite centaine de lycéens vient de tourner dans la rue du Château Landon. "On vient de Diderot et d’autres lycées du XIXe arrondissement", explique Richard (1), un leader du lycée Diderot. Avec les porte-parole des autres établissements, une coordination lycéenne s’est créée, sans attachement à aucun syndicat. Calypso en fait partie. Calypso, c’est la "chef" de Colbert. Prénom de nymphe et minois photographié le jour même pour le prochain numéro de Elle mais vraie meneuse d’hommes. "On y va !", hurle-t-elle.
Le cortège se met en marche dans la capitale. Les voitures s’immobilisent sur son passage. La police suit sans intervenir. Pour tenter de les semer, la troupe emprunte une rue qui aboutit sur des escaliers. La gare de l’Est est proche…

En retard

En un rien de temps, les lycéens envahissent un quai, descendent sur les voies. Une petite poignée d’agents de la SNCF tentent d’abord de les raisonner. "N’allez pas sur les voies, c’est pour votre sécurité", implore l’une d’entre eux, la mine déconfite. L’un de ses collègues aide une lycéenne à remonter sur le quai. La police ferroviaire débarque, sans précipitation. Finalement, une partie du cortège rebrousse chemin, quand l’autre décide de tenir bon. "On fait prendre du retard aux gens pour manifester contre le retard que l’on nous fait prendre à nous, lycéens", compare Hadrien. Descendus de leur wagon, les voyageurs regardent le spectacle, tantôt surpris, tantôt amusés, tantôt agacés. Le train en provenance de Strasbourg affiche un retard d’une heure environ.


Rebelote

10 h 30 : les lycéens se retrouvent devant la gare. Le blocage aura duré environ une demi-heure. Bien trop peu selon certains... "On est un peu déçu... On n’est pas resté assez longtemps, beaucoup ont cédé tout de suite. On a manqué d’organisation. Cette action n’aura pas d’impact. On n’a même pas vu les CRS", déplore un manifestant. Conseil de guerre. Les "chefs" se réunissent pour un micro-bilan. Richard et Alexandre (1) pour Diderot. Calypso et Julia pour Colbert. Discussions, tensions. On propose "d’aller bloquer ailleurs". Rappel des troupes. Le cortège se remet en marche. Cette fois, direction gare du Nord. Là, un "comité d’accueil" les attend. Dès l’arrivée des manifestants, une cohorte de CRS débarque au pas de charge et bloque l’entrée de la gare. Trop tard… Entre 50 et 100 lycéens ont réussi à s’engouffrer et courent sur le quai. Mais une heure plus tard, les forces de l’ordre réussissent à pousser tout le monde vers la sortie.

"Libérez nos camarades ! Libérez nos camarades !", scande la foule. "La police a arrêté deux jeunes et a confisqué le mégaphone", explique un professeur de maths de Colbert. Certains lycéens évoquent des coups reçus çà et là. Richard et Calypso tentent de négocier avec un gradé. A 12 h, sans succès, la jeune fille décide de faire le tour des commissariats pour retrouver les interpellés. De leur côté, la plupart des manifestants décident de retourner dans leurs lycées respectifs. Ils doivent reprendre des forces. A 14 h, une grande manifestation doit partir de République. Une occasion, plus consensuelle, de donner à nouveau de la voix.


Forte mobilisation l'après-midi

Mardi 15 avril après-midi, entre 20.000 et 50.000 personnes ont manifesté dans les rues de Paris. Dans les établissements, le ministère de l'Education nationale a relevé une moyenne de 19 % de personnels en grève, de la maternelle au lycée. Après les vacances scolaires, dix-huit organisations de l’éducation ont d’ores et déjà fixé deux nouvelles dates de mobilisation pour les 15 et 24 mai 2008. Mais, jeudi 17 avril, les lycéens devraient à nouveau défiler dans les rues.


(1) Par souci d’anonymat, les prénoms ont été modifiés.


Envie de débattre sur les manifestations lycéennes ? Venez vous exprimer sur notre forum.


Virginie Bertereau
Sommaire du dossier
Retour au dossier Manifs lycéens/profs : la trêve des examens Manif profs-parents-lycéens : des signes d’essoufflement Manifs : les profs reprennent le flambeau Manifs lycéennes : le bouquet final ? Xavier Darcos : « Les manifestations ne servent à rien » Manifs des lycéens : c’est la rentrée Mouvement lycéen : les élèves de la zone B prennent la relève des Franciliens Les Parisiens en vacances, les lycéens de province se mobilisent Opération coup de poing de lycéens Un air de révolte chez les lycéens Les lycéens ne cèderont pas Ça monte, ça monte... Voltaire en grève La jeunesse est dans la rue !