1. Lifestyle
  2. Les lycéens dans la rue
  3. Voltaire en grève

Voltaire en grève

Envoyer cet article à un ami
"Tous ensemble contre la suppression de postes". La pancarte posée sur les poubelles qui bloquent l’entrée du lycée Voltaire, à Paris (11e), donne le ton. Depuis le 17 mars 2008, l’établissement est en grève. Les cours ne sont plus assurés depuis le 20. Professeurs, élèves et même parents d’élèves, unis, manifestent ainsi leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement. "Avant les vacances de février, le rectorat nous a promis que la classe de seconde qui devait être supprimée serait maintenue, de même que certains postes d’enseignants. Deux semaines plus tard, nous avons appris qu’il ne restait plus aucune trace de ces promesses… Nous avons alors commencé le mouvement", racontent une prof de SVT (sciences de la vie et de la terre) et une prof de lettres, seules à la sortie du lycée déserté (les autres sont tous partis manifester). Aujourd’hui, la classe de seconde est rétablie mais cinq postes d’enseignants et un poste de CPE (conseiller principal d’éducation) seraient toujours supprimés. En outre, une classe de première S ferait toujours défaut. "Nous allons bientôt enseigner devant 35 élèves... Et à tous les coups, cet été, on va nous pondre un décret pour nous imposer trois heures supplémentaires par semaine à la rentrée. Il faudra bien compenser les postes supprimés", prédisent les professeurs. Las…

AG dans la salle des fêtes

Qui dit lycée bloqué, dit plus d’espaces pour se rassembler et décider. Alors, les lycéens de Voltaire improvisent… Les assemblées générales ont lieu dans la salle des fêtes de la mairie du 11e arrondissement de Paris et à la Maison des métallos (un espace culturel et associatif), gentiment prêtées pour l’occasion. Il faut dire que le maire PS est de mèche avec les grévistes… "Il est venu nous rendre visite le vendredi 28 mars pour nous assurer de son soutien", témoignent les deux profs, qui aimeraient que les élus politiques et les parents d’élèves reprennent le flambeau du mouvement. "Aujourd’hui, beaucoup de questions se posent, notamment sur les examens (brevet, bac) qui approchent. Les professeurs sont tiraillés… Ce n’est satisfaisant pour personne de voir les jeunes dans la rue et non en classe", concluent-elles.


Il n’y a pas qu’à Voltaire...

Le 1er avril 2008, un certain nombre de lycées étaient mobilisés en France, surtout en Île-de-France. Par exemple, quatre établissements étaient bloqués dans l'Essonne (91), cinq en Seine-et-Marne (77), neuf dans les Hauts-de-Seine (92), seize établissements  dans l'académie de Créteil (94), où une centaine de de personnes ont manifesté, pas vraiment dans le calme... Des rassemblements sont prévus devant les rectorats et les académies le mercredi 2 avril, dans l’après-midi.


Virginie Bertereau
Envie de donner votre point de vue sur les manifestations lycéennes et les suppressions de postes dans le secondaire ? Venez-en débattre sur nos forums !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Manifs lycéens/profs : la trêve des examens Manif profs-parents-lycéens : des signes d’essoufflement Manifs : les profs reprennent le flambeau Manifs lycéennes : le bouquet final ? Xavier Darcos : « Les manifestations ne servent à rien » Manifs des lycéens : c’est la rentrée Mouvement lycéen : les élèves de la zone B prennent la relève des Franciliens Les Parisiens en vacances, les lycéens de province se mobilisent Opération coup de poing de lycéens Un air de révolte chez les lycéens Les lycéens ne cèderont pas Ça monte, ça monte... Voltaire en grève La jeunesse est dans la rue !