1. Salomé Lelouch, directrice de théâtre

Salomé Lelouch, directrice de théâtre

Envoyer cet article à un ami

Spectacle de danse, spectacle sportif, spectacle acoustique, spectacle de clown... Il y en a pour tous les goûts. Et c'est pour cela que notre sélection vaut le détour. N'hésitez pas à donner votre avis.

Salomé Lelouch assure la direction du Ciné 13 depuis 5 ans. Je la rencontre dans son bureau situé à quelques mètres de cette salle de théâtre, en haut de la rue Lepic. C’est un petit bout de femme qui m’accueille derrière son bureau où les tasses de café s’amoncellent. Depuis 5 ans, cet enfant de la balle (fille d’Evelyne Bouix et de Claude Lelouch) consacre en effet tout son temps et toute son énergie à ce théâtre.

"Nous avons bossé comme des fous avec Arthur Jugnot"

Elle nous raconte cette aventure qui a commencé en 2003 : "Avec Arthur Jugnot, nous avons repris cette salle de théâtre qui appartenait à mon père. C’est un couple d’amis qui avait transformé un garage en théâtre qui nous a donné l’envie de nous lancer. Arthur est allé voir mon père. Il a fait un marché avec lui : nous avions trois mois pour relancer cette salle de théâtre avec à la clé un contrat de bail. Nous avons bossé comme des fous et nous avons réussi à avoir une belle programmation dont le one-man-show "Givré" de Philippe Lelièvre, qui nous a fait confiance. J’avais 20 ans, Arthur 23, nous étions heureux d’avoir notre théâtre. Nous faisions tout nous-mêmes : régie, caisse, administration…".

"Je me consacre à 100 % à ce théâtre"

Cinq ans plus tard, Salomé Lelouch dirige seule le Théâtre Ciné 13. Elle fait aussi de la mise en scène et produit des spectacles. "Je me consacre à 100 % à ce théâtre. Je n’ai pas de temps pour autre chose". Son emploi du temps en témoigne : arrivée à 8 h à son bureau, elle n’en repart que très tard le soir. Et de décrire une journée type : "J’arrive au bureau le matin, je lis tout mon courrier et réponds à mes mails puis j’assiste aux répétitions des pièces au théâtre. J’enchaîne souvent avec des déjeuners d’affaire pour décrocher des subventions. L’après-midi, je rencontre de jeunes auteurs, acteurs, metteurs en scène… Je gère aussi l’administratif et un soir sur deux, je fais la caisse du Ciné 13. Le week-end, je lis les pièces que je reçois…".

"Quand j’ai repris ce théâtre, je n’avais qu’un bac L"

Cette executive woman ne regrette pas du tout l’époque où elle était comédienne : "Je ne m’amusais pas. Aujourd’hui, je m’éclate même si ce n’est pas de tout repos. Je suis plus sereine maintenant. Je savais que cela prendrait du temps mais je suis patiente. Tout ce que l’on construit paye un jour. Et d’avouer : "Quand j’ai repris ce théâtre, je n’avais qu’un petit bac L et absolument aucune notion de droit, de comptabilité… Cela m’a beaucoup pénalisé. J’ai donc appris sur le tas. En même temps, quand c’est son propre argent, on apprend vite… En tout cas, je n’ai jamais sollicité mon père contrairement à ce que pourraient croire certaines personnes. Je dirige ma petite affaire entourée de mes collaborateurs. J’essaye sans cesse de me renouveler et surtout j’y crois fort tous les matins quand je me lève".

Pour connaître toute la programmation du Ciné 13 : www.cine13-theatre.com


Séverine Tavennec
Sommaire du dossier
Retour au dossier Salomé Lelouch, directrice de théâtre Humoriste : son nom est Stotz, Yann Stotz L'art s'installe au Centquatre Tzig'n Jazz, premier festival roumain Du beau monde aux Nuits de Fourvière