1. Les APL des jeunes salariés précaires préservées
Décryptage

Les APL des jeunes salariés précaires préservées

Envoyer cet article à un ami
 // © Popescu Gelu Sorin
// © Popescu Gelu Sorin

La mesure qui devait réviser les modalités de calcul des aides au logement pour les jeunes salariés a finalement été abandonnée.

Soulagement pour les représentations étudiantes. Mercredi 23 décembre 2015, le gouvernement a annoncé qu’il reviendrait sur son projet de décret qui prévoyait de réduire les APL (aides personnalisées au logement) des jeunes salariés précaires de moins de 25 ans (CDD, intérim …). Selon la Fage et l’Unef, près de 150.000 jeunes en insertion professionnelle auraient été touchés par cette mesure.

Concrètement, le décret modifiait le calcul de leurs APL, entraînant leur diminution. Au lieu de prendre en compte leur revenu sur les deux années (N-2) précédant leur demande d’aide au logement, le calcul se serait basé sur leur dernier mois de salaire, pénalisant ainsi les jeunes salariés hors CDI (CDD, intérim … ). Le premier mode de calcul jusque-là pratiqué et qui reste donc en place, permet de bénéficier pendant les deux premières années d’insertion du montant maximal des APL. Il porte en effet sur une période où le jeune est lycéen ou étudiant, et où il a donc à priori un revenu nul ou peu élevé

Si ce projet de décret est finalement écarté, une autre mesure reste d’actualité : celle instaurant un plafond de loyer à partir duquel les APL deviendraient dégressives. Une mesure suivie de très près par la Fage et l’Unef qui attendent encore des réponses du gouvernement.