1. Logement étudiant : partager une colocation, comment ça marche ?
Témoignage

Logement étudiant : partager une colocation, comment ça marche ?

Envoyer cet article à un ami
Cassandra et Camille, les deux colocs nantaises. // © l'Etudiant
Cassandra et Camille, les deux colocs nantaises. // © l'Etudiant

VIDÉO. Solution économique et conviviale, la colocation a la cote auprès des étudiants. Mais que vous soyez deux, trois, voire quatre à partager le même logement, les règles diffèrent souvent d’une coloc à l’autre. Cassandre et Camille, deux étudiantes nantaises, vous font part de leur expérience.

"Chacun fait son truc de son côté, on se croise dans la journée mais on apprécie de se retrouver le soir", avoue Cassandra. Cette année, l’étudiante en 3e année de licence LEA (langues étrangères appliquées) à l’université de Nantes a décidé de partager son appartement de 50 m² avec sa cousine, Camille, en 1re année de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Pour les deux étudiantes, cette colocation est un vrai succès.

Un appartement trouvé en seulement deux-trois clics

Logées à seulement quelques minutes de leur fac, Camille et Cassandra semblent à la fois avoir trouvé l’appartement et le colocataire idéal. "On avait commencé à en parler en mai, sans savoir si je poursuivrais mes études à Nantes", explique Camille. Le bac en poche et sa place en licence de STAPS assurée, l’étudiante commence à envisager sérieusement l’idée d’une colocation. "On a visité quatre ou cinq appartements trouvés sur Le Bon Coin et, en juillet, on s’est décidé pour celui-ci. Il nous a tout de suite plu", confirme Cassandra.

Leurs critères : trouver un appartement proche de l’université, dans un budget défini et où chacun aurait son propre espace. "Je ne voulais pas me retrouver toute seule. C’était important d’être avec quelqu’un que je connaissais et je savais qu’avec ma cousine on s’entendrait bien", estime Camille. "Au début de mes études, j’étais toute seule en chambre chez l’habitant. J’avais besoin de cette coloc pour partager mes journées en rentrant le soir", poursuit Cassandra.

Test : êtes-vous fait(e) pour la colocation ?

"Des inconvénients ? Il n'y en a pas"

Dès le début, les deux cousines se sont en effet très bien entendues. Pas besoin d’imposer des règles. Pour elles, tout s’est fait naturellement. "On a des habitudes qui se créent au fur et à mesure comme pour les courses et le ménage, chacun y met du sien", raconte l’étudiante en langues.

Pour Cassandra comme pour Camille, la colocation offre de véritables avantages notamment pour ceux qui cherchent à éviter la solitude. "Cela permet aussi de partager les coûts, ce n’est pas négligeable", complète l’étudiante en STAPS. D’ailleurs, lorsqu’il s’agit de trouver des inconvénients, les deux jeunes filles restent muettes. "Je pense que c’est important de respecter l’autre dans une coloc. Il faut avoir en tête qu’on ne peut pas faire tout le temps ce qu’on veut, comme inviter des amis n’importe quand", admet Cassandra.

Lire aussi : Lauren, 26 ans : "Je lance une appli qui permet de trouver ses colocataires"

Prendre le temps de la réflexion

L’année prochaine, les étudiantes partent pour de nouvelles aventures et devront se séparer. Mais aucune d’entre elles ne veut retenter l’expérience avec un inconnu. "Je préfère prendre un studio. Cela s’est tellement bien passé cette année que j’ai peur d’être déçue avec quelqu’un d’autre", avoue Camille. Car pour elles, avant de s’engager dans une coloc, il faut s’y préparer. "Il faut se poser les bonnes questions : avec qui je veux partager mon appart, est-ce que je suis sûr de m’engager pour une année, quels sont mes attentes, mes critères…", conseille Cassandra. Alors, vous vous lancez ?

Lire aussi : Logement étudiant : KAPS, quand la colocation rime avec solidarité