1. 620 millions d'euros (promis) pour le logement étudiant

620 millions d'euros (promis) pour le logement étudiant

Envoyer cet article à un ami
Les préconisations du rapport Anciaux 2
Vendredi 15 février 2008, le député UMP Jean-Paul Anciaux a rendu officiellement son second rapport sur le logement étudiant. Voici ce qu'il préconise...
Le rapport propose une diversification de l’offre qui passerait par le développement du logement intergénérationnel (par exemple, chez une personne âgée) et de la colocation.
Les bailleurs privés seraient incités à louer davantage aux étudiants grâce à une plus grande sécurisation de la caution.
Le mois de carence (1er mois de loyer pendant lequel les allocations logement à caractère social ne sont pas versées) serait supprimé.
Les dispositifs de sécurisation des rapports locataires-bailleurs (LOCAPASS, GRL) devraient être ouverts à tous les étudiants (et pas seulement aux boursiers).
Pour une meilleure coordination de toutes les aides au logement, celles-ci devraient être délivrées par le seul ministère de l’Enseignement supérieur (et non plus par le ministère du Logement).
Le rôle du CNOUS (Centre national des œuvres universitaires et sociales) serait renforcé pour lui permettre de piloter l’ensemble des décisions.
Jean-Paul Anciaux préconise d’identifier des sites "immédiatement exploitables" pour lancer à "très court terme" des opérations de constructions nouvelles de logements. C’est le cas sur des campus universitaires ou sur des terrains dont l’État est propriétaire.
Un comité de suivi des opérations des réhabilitations et des constructions nouvelles serait mis en place.
Le budget de la réhabilitation de 7.000 chambres s'élèverait selon le rapport à 140 millions d'euros par an, celui de la construction de 5.000 chambres à 200 millions d'euros par an.


Ce qu’en pensent les étudiants
L’UNI (la droite universitaire) semble la moins enthousiaste sur le rapport. Elle aurait souhaité que le député aille plus loin dans la diversification de l’offre, en encourageant plus fortement encore le privé.
L’UNEF (Union nationale des étudiants de France) salue le diagnostic du député. Elle exprime des "réserves importantes sur les aides au logement". Elle demande au gouvernement un engagement d’un milliard d’euros (sur plusieurs années) pour construire 40.000 nouvelles chambres en résidences universitaires (cf. l'affiche ci-contre) ainsi que l’exonération de la taxe d’habitation pour tous les étudiants. L’UNEF regrette également qu’aucun chiffrage des engagements publics n’apparaisse dans le document.
PDE (Promotion et défense des étudiants) affirme clairement son soutien aux propositions du rapport Anciaux.
La Confédération étudiante, prudente, attend les derniers arbitrages pour se prononcer.
Au final, c’est la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes) qui semble la plus enthousiaste. Sur la méthode comme sur les propositions.


Ce que retiennent Valérie Pécresse et Christine Boutin
Vendredi 15 février 2008, Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur, et Christine Boutin, la ministre du Logement, ont annoncé ce qu'elles retenaient du rapport Anciaux.
Les deux ministres ont décidé de se "donner les moyens" de remplir ses objectifs. Ainsi, 155 millions d'euros sont déjà inscrits au budget 2008 pour le logement étudiant. Mais le gouvernement entend faire un effort de 620 millions d’euros cumulés d’ici à 2012. Valérie Pécresse et Christine Boutin ont reconnu que la construction de 5.000 logements et la réhabilitation de 7.000 autres par an - prévues dans le plan Anciaux 1 en 2004 - n'avaient pas été respectées. Mea culpa et au boulot. Cela devrait être les objectifs pour les quatre années à venir.
Par ailleurs, les propositions sur le développement de la colocation et du logement intergénérationnel ont été retenues.
Un grand portail Web d’offres de logements étudiants sera également mis en place. Quant au dépôt de garantie, déjà réduit de deux à un mois, son paiement pourra être étalé sur toute ou partie de la durée du bail.


Ce que le gouvernement ne retient pas...
Le gouvernement fait en revanche l’impasse sur un transfert des aides au logement étudiant du ministère du Logement au ministère l’Enseignement supérieur. Il s’économise ainsi une réforme, sans doute très impopulaire des modes et critères d’attribution de ces aides (ALS, APL)... à la grande satisfaction de l’UNEF et de l’UNI.



Virginie Bertereau et Grégory Danel