1. Logement étudiant : les foyers de jeunes travailleurs, la vie en collectivité
Boîte à outils

Logement étudiant : les foyers de jeunes travailleurs, la vie en collectivité

Envoyer cet article à un ami
Les foyers de jeunes travailleurs accueillent en priorité les jeunes en apprentissage, en stage ou déjà salariés. // © Fotolia
Les foyers de jeunes travailleurs accueillent en priorité les jeunes en apprentissage, en stage ou déjà salariés. // © Fotolia

Bon plan, les foyers pour jeunes travailleurs offrent des logements meublés à petit prix. Stagiaires, apprentis ou jeunes actifs se battent pour les places dans ces résidences, connues aussi pour leur vie en collectivité.

Gérés par des associations qui mettent à votre disposition des chambres individuelles, studettes ou studios pour couples, les foyers pour jeunes travailleurs sont, avant tout, accessibles aux étudiants apprentis ou en stage. Les étudiants salariés ou jeunes actifs sont aussi acceptés.

Des prix attractifs

"Le prix", c’est l’argument principal qui a poussé Mayana, 19 ans, à choisir de vivre dans un studio du foyer Frida Kahlo, à Bobigny (93). Grâce aux APL qu’elle perçoit, elle paie un loyer de seulement 52 € (le prix réel est de 453 €). Cette apprentie en coiffure a quitté sa famille d’accueil pour prendre son indépendance. "J’ai réussi à trouver une place rapidement l’automne dernier grâce à l’aide d’une assistante sociale", explique-t-elle.

Lire aussi : Logement étudiant : toutes les clés pour trouver votre appart

Djamal, 26 ans, a lui choisi de loger dans la résidence Habitat Jeunes La Majo, à Romorantin (41). "Je suis venu pour un stage de six mois et cette solution me permet d’éviter d’acheter des meubles et de l’électroménager", souligne l’étudiant en géographie à l’université Paris-Diderot. Il paie un loyer de 350 € et touche 200 € d’APL. Dans son forfait, 10 repas sont compris au restaurant du foyer, "cela dépanne" !

Sachez qu’en plus de votre loyer, vous devrez souvent régler à l’entrée un dépôt de garantie d'environ 400 €, une caution de 10 € pour les clés ou le badge et, parfois, des frais d'inscription variant de 50 à 150 €.

Les règles du logement collectif

Un logement en foyer/résidence pour les jeunes travailleurs, cela signifie aussi une vie souvent partagée en collectivité, selon les résidences et le mode de logement choisi. Djamal doit sortir de sa chambre pour cuisiner, "avec mes ustensiles à chaque fois" ! Il déplore une pièce commune "pas toujours laissée en bonne état par tous".

"Ce type de logement permet de ne pas se sentir seul, on rencontre d’autres jeunes et on peut participer à des activités organisées. Dans ma résidence, il y a des séances de sport collectives tous les jeudis soir par exemple", illustre-t-il.

La vie en communauté impose aussi des règles (horaires…), qui varient selon les lieux. L’un des inconvénients relevé par Mayana : "Mon petit ami ne peut pas rester dormir chez moi, il doit partir avant minuit" ! À vous de voir si vous êtes prêt à faire quelques concessions…

Pour toute demande de logement en foyer, vous pouvez vous adresser à l’UNHAJ (Union nationale pour l’habitat des jeunes) ou à l’ALJT (Association logement des jeunes travailleurs), qui recense tous les foyers en région parisienne.