1. Logement étudiant : où trouver un toit en urgence pour la rentrée ?
Boîte à outils

Logement étudiant : où trouver un toit en urgence pour la rentrée ?

Envoyer cet article à un ami
Le compte-à-rebours pour la rentrée a commencé : après une formation, il faut trouver un logement. // © plainpicture/LP/G A Weitz
Le compte-à-rebours pour la rentrée a commencé : après une formation, il faut trouver un logement. // © plainpicture/LP/G A Weitz

Vous avez reçu votre affectation Parcoursup au dernier moment - ou vous allez la recevoir - et vous devez trouver à présent un logement en urgence, si possible abordable et sympa. L’Etudiant recense pour vous les solutions.

Si vous cherchez un logement à la dernière minute, votre premier réflexe doit être de vérifier dans votre entourage si quelqu’un en a un à disposition. Si votre recherche ne porte pas ses fruits, activez les alertes e-mails des sites d’annonces immobilières. Cela vous permettra de recevoir directement les dernières offres publiées et ainsi de ne rater aucune bonne occasion.

Mais la solution la plus efficace et la plus sûre reste les agences immobilières. Attention toutefois : plus vous vous y prenez tard, plus les offres se font rares, plus les prix grimpent rapidement. Et les frais d'agence montent vite à un mois de loyer. "Nous avons des étudiants qui viennent tous les jours, mais les offres de studio pouvant leur convenir diminuent. Il ne nous reste qu’une petite dizaine de studios aux alentours de 500 €", explique un agent immobilier de Montrouge.

Lire aussi : Les meilleurs sites Internet pour trouver un logement étudiant

Pour mettre toutes les chances de votre côté et obtenir le logement étudiant que vous désirez, vous devrez préparer un justificatif d’identité, la copie des trois dernières fiches de paie de votre garant, l’attestation d’hébergement de vos parents. Les agences immobilières mettent généralement à la disposition des futurs locataires la liste des documents à joindre au dossier.

Le service d'hébergement d'urgence du CROUS

Au-delà des agences, il existe d’autres options pour vous loger. Les logements du CROUS (centre régional des oeuvres universitaires et scolaires) sont en général réservés aux boursiers et les places sont très demandées. La plupart des chambres seront déjà attribuées. Cependant, tous les CROUS ont un service d’hébergement d’urgence. Pour y accéder, vous devez vous mettre en contact avec l’assistant du service social du centre de votre ville. D’éventuels désistements pourraient vous permettre d’obtenir une chambre.

Les foyers étudiants : rares mais pas chers

Les foyers étudiants peuvent aussi être une solution. Attention, il n’en existe qu’une vingtaine à Paris et une soixantaine en région. Gérées par des associations (la plupart religieuses) qui proposent des chambres individuelles ou doubles, ces maisons sont souvent réservées aux filles. Vous pourrez trouver une chambre à partir de 350 € et devrez accomplir quelques tâches à tour de rôle pour la vie en communauté (ménage, préparation des repas…). Pour trouver une place, il faut contacter l'UNME (Union nationale des maisons d'étudiants).

Lire aussi : Logement étudiant : les foyers de jeunes travailleurs, la vie en collectivité

La solution "J'irai dormir chez vous"

La chambre chez l’habitant est aussi économique. En échange d’une chambre gratuite (ou à loyer très modéré), vous devrez effectuer quelques petites tâches pour aider les propriétaires. Pour éviter tout conflit avec votre logeur, pensez à établir un contrat de location, qui vous permettra en outre d’avoir accès aux aides au logement.

L'option start-up

Autre solution pour trouver un logement : passer directement par votre école ou votre université. Le concept a été développé par la start-up Studapart. Plus de 100.000 logements sont proposés exclusivement aux étudiants sur cette plate-forme qui travaille en collaboration avec plus de 150 écoles et universités comme Toulouse Business School, Sciences po Lille ou l’université de Bordeaux.

Deux voeux, deux logements

Avec des vœux en attente, les bacheliers qui n’ont pas encore d’affectation définitive pour la rentrée sont aussi dans l’incertitude pour leur futur logement. Des familles ont dû verser des cautions dans plusieurs CROUS pour s’assurer la réservation d’un appartement. Or, elles risquent de perdre ces versements si l’admission finale intervient tardivement.
Si le CROUS de Lille se veut rassurant sur Twitter en annonçant que les étudiants de cette académie ont, après leur validation, jusqu’au 31 août 2018 pour se désister et se faire rembourser la caution, la situation peut varier d’un CROUS à l’autre et encore évoluer dans les semaines à venir. À noter que la procédure complémentaire court jusqu'au 21 septembre…
Le 22 août 2018, la ministre Dominique Vidal a essayé de rassurer en annonçant, selon l’AFP, que l’amélioration de l’affection dans les logements d’étudiants du CROUS sera une problématique abordée lors du bilan de la réforme, fin septembre.