1. Logement étudiant : seul, en coloc, chez l'habitant, trouvez votre formule
Boîte à outils

Logement étudiant : seul, en coloc, chez l'habitant, trouvez votre formule

Envoyer cet article à un ami
C'est désormais l'heure de s'occuper de son logement pour la rentrée prochaine. // © Adobe Stock/zinkevych
C'est désormais l'heure de s'occuper de son logement pour la rentrée prochaine. // © Adobe Stock/zinkevych

VIDÉO. Studio, colocation, cité U, résidence privée, chambre chez l’habitant… Les étudiants ont l’embarras du choix pour trouver le logement idéal. Voici un aperçu de ce qui vous attend pour chaque formule.

Il fait partie des casse-têtes jusqu'à la rentrée : le logement étudiant. Prix, proximité géographique, superficie… Difficile de trouver celui qui correspond à tous vos critères en seulement quelques clics. D’autant qu’à l’approche de la rentrée, il faudra vous montrer patient pour trouver la perle rare. Si la majorité des étudiants misent sur la location d’un studio d’à peine 20 m², sachez qu’il existe bon nombre de formules pour trouver le logement idéal.

Partager son chez soi : la colocation

Petit prix, convivialité, espace : la coloc a tout pour plaire…. à condition que vous ayez envie de partager votre logement. Dans la plupart des colocations traditionnelles, chaque étudiant a sa chambre et partage des pièces communes telles que le salon, la cuisine, voire la salle de bain avec ses colocataires. Un sacré avantage pour ceux qui n’ont pas envie de se retrouver isolé.

Lire aussi : Partager une colocation, comment ça marche ?

C’est d’ailleurs pour cette raison que les résidences privées et celles des CROUS (centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires) ont fait le choix de proposer des colocations en plus de leurs logements individuels. Le principe est le même à la différence près que tous les résidents de l’immeuble sont également des étudiants.

La formule deux-en-un : se loger et rendre service

Certains étudiants veulent aussi profiter de leurs études pour allier l’utile à l’agréable. En dehors de la colocation, de nombreuses associations permettent aux jeunes d’obtenir un logement à bas prix en échange de services ou de projets à mener tout au long de l’année.

C’est le cas de l’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) qui a mis en place des "KAPS" un peu partout sur le territoire. Le principe : créer du lien social entre les étudiants et les habitants du quartier. En contrepartie d’un logement à prix abordable, vous mènerez des actions en faveur des résidents. Comme une sorte de colocation solidaire.

Lire aussi : KAPS, quand la colocation rime avec solidarité

Dans le même esprit, l’association Article 1 a instauré depuis peu le programme Ma1son, qui s’adresse uniquement aux étudiants boursiers. Le dispositif est là encore basé sur la solidarité : les étudiants travaillent sur un projet tout au long de l’année pour favoriser la vie en résidence et participent en même temps à des ateliers censés développer leurs compétences transversales (art oratoire, posture…).

Lire aussi : Programme Ma1son : "C'est une grosse colo !"

Autre formule : la cohabitation intergénérationnelle ou chambre chez l’habitant. Les étudiants vivent sous le toit d’un retraité et doivent en échange "partager des moments conviviaux". Plus contraignante, cette colocation un peu particulière fait souvent l’objet de règles à respecter pour que tout se passe dans les meilleures conditions.

Lire aussi : Etudiant et retraité, deux générations sous le même toit

Mais attention, ces trois types de logement restent encore exceptionnels : peu de places sont offertes chaque année aux étudiants. Si vous souhaitez tout de même vous lancer dans l’aventure, vous devrez passer un entretien de motivation afin d’expliquer les raisons qui vous poussent à intégrer ces dispositifs.

Des logements pas comme les autres

Enfin, certains étudiants préféreront opter pour des logements atypiques : dans une ferme, dans un conteneur ou même en maison de retraite. Encore peu développés, ces logements ont le mérite d’offrir des loyers à prix réduit, avec tout le confort d’un studio classique.

C’est notamment ce que propose l’association Campus Vert. Les étudiants sont logés chez les agriculteurs ou dans des dépendances aménagées au sein du domaine agricole. L’occasion de profiter de la nature et de réviser en toute tranquillité à seulement quelques dizaines de kilomètres de la fac.

Lire aussi : Les Campus Verts, un studio à la ferme

N’attendez pas le dernier moment

Quel que soit le type de logement que vous envisagez pour la rentrée, un conseil, n’attendez pas la dernière minute pour commencer vos recherches. Dès le mois de juin, les offres affluent. Les premiers auront donc l’embarras du choix, mais la demande peut vite devenir plus importante que l’offre, notamment dans les grandes métropoles. Renseignez-vous bien, épluchez les sites de petites annonces, rendez-vous sur les réseaux sociaux ou sollicitez l’aide d’un agent immobilier au besoin.