1. Logement étudiant : le petit dico du parfait locataire
En bref

Logement étudiant : le petit dico du parfait locataire

Envoyer cet article à un ami
Voici les mots à connaître avant d'emménager. // © Fotolia/adim yerofeyev
Voici les mots à connaître avant d'emménager. // © Fotolia/adim yerofeyev

Bail, préavis, garant, quittance… Avant d’emménager dans votre studio, vous allez devoir fournir de nombreuses pièces à votre propriétaire. L’Etudiant fait le point sur les huit mots à retenir (et à connaître) pour ne pas s’y perdre.

Vous avez repéré un appartement, la visite vous a convaincu, il ne vous reste plus qu’à signer. Mais face au propriétaire ou à l’agent immobilier, les choses se compliquent. Pas de panique : devenir le locataire parfait n’est pas si compliqué. Voici la liste des mots à retenir pour faire bonne figure.

Lire aussi : Logement étudiant : visites, bail, état des lieux… préparez-vous !

Bail – Bailleur

Le bail désigne simplement le contrat de location que vous signez avec votre propriétaire, autrement dit, le bailleur. Celui-ci met à votre disposition (le preneur) un bien en échange d’un loyer sur une durée limitée.

Se porter garant

On dit aussi "se porter caution". En tant qu’étudiant, vos garants sont bien souvent vos parents. Ils s’engagent en fait à répondre à votre place aux difficultés financières qui pourraient survenir pendant votre location. Action Logement a d’ailleurs mis en place un dispositif spécialement pour les 18–30 ans : la garantie Visale. Elle remplace les parents pour se porter garant. Avoir un garant n’est pas obligatoire mais reste demandé quasi-systématiquement par le propriétaire pour se protéger des impayés.

Lire aussi : Logement : la garantie Visale, comment ça marche ?

Vous avez dit "caution" ?

Il ne faut pas confondre "se porter caution" et "payer une caution". Le premier terme désigne le garant, tandis que le second… n’est pas correct. On parle plutôt de dépôt de garantie.

Dépôt de garantie

Lors de la signature du bail, vous allez devoir verser un dépôt de garantie à votre propriétaire. Il s’agit d’une somme qui ne doit pas dépasser un mois de loyer (hors charges). Ce montant est encaissé par le propriétaire et restitué au moment de votre départ. Attention, le bailleur n’est pas obligé de vous rendre l’intégralité du dépôt de garantie, notamment en cas de dégradation du bien ou d’impayé.

Lire aussi : Logement étudiant : toutes les aides pour faire baisser la facture

Quittance de loyer

Il s’agit d’un document remis chaque mois par votre propriétaire pour attester le fait que vous payez votre loyer. Y sont indiqués vos coordonnées et le montant de votre loyer avec vos charges. Cela peut vous servir de justificatif de domicile.

Justificatif de domicile

Comme son nom l’indique : ce document vous permet de justifier votre lieu de résidence. Il peut vous être demandé par l’administration pour faire votre carte d’identité ou votre permis de conduire par exemple. Plusieurs documents peuvent servir de justificatif : une facture d’électricité, d’eau, de téléphone, une attestation d’assurance habitation, une quittance de loyer, l’avis d’imposition… Mais attention, ces documents doivent impérativement être à votre nom.

Assurance habitation

C’est une démarche obligatoire pour les locataires, y compris pour les étudiants en colocation. Lorsque vous emménagez dans votre logement, vous devez souscrire une assurance pour vous protéger en cas d’éventuels dégâts (incendie, vol, inondation…).

Lire aussi : Logement étudiant : assurer votre habitation, une obligation

Préavis

Il s’agit d’un courrier que vous devez transmettre à votre propriétaire lorsque vous souhaitez quitter votre logement et ainsi rompre le contrat de location. Vous devez envoyer votre demande en lettre recommandée avec accusé de réception. À compter de cette date, vous avez un mois (ou trois mois dans certains cas) pour déménager.

Lire aussi : Logement étudiant : où trouver un toit d'urgence pour la rentrée ?