Test de Code gratuit l Vérifiez votre niveau !

Par L'Etudiant Fab, publié le 18 Mars 2021
6 min

Vous le savez, le meilleur moyen d’avoir son Code rapidement, c’est de s’entraîner régulièrement. Pour vous aider à évaluer votre niveau ou continuer à vous exercer, voici un test de Code de 40 questions, similaire à l’épreuve officielle. Profitez-en pour découvrir notre tour de table des questions types posées à l’examen et comment y répondre !

Au sommaire :

1. Test de Code gratuit
2. La meilleure méthode d’entraînement
3. Questions types du Code : comment y répondre ?

1. Test de Code gratuit

Comme promis, voici l’examen blanc. Si vous voulez continuer à vous entraîner, Codedelaroute.io vous propose d’autres tests de Code de la route gratuits. Et pour ceux qui sont décidés à décrocher leur Code rapidement, la start-up offre un accès gratuit à l’ensemble de ses examens blancs pendant sept jours.

Chez Codedelaroute.io, on aime les gens déterminés. Et si vous êtes de ceux qui sont capables de réviser non-stop pour décrocher leur Code en une semaine, on sera heureux d’avoir contribué à ce que vous ayez votre Code de la route sans rien débourser !

Chaque examen blanc de la plateforme est constitué à partir d’une base de 1 500 questions similaires à l’épreuve officielle. Sachez que la base de l’examen officiel contient 1 000 questions. Il est donc inutile de s’entraîner sur 10 000 questions comme le proposent certaines plateformes, car vous allez perdre du temps dans un marasme d’informations superflues. Entraînez-vous sur des questions pertinentes. Et passez du temps sur chacune d’elles pour en saisir la logique. En parcourant les avis de nos élèves, vous verrez que c’est grâce à ça que la plupart obtiennent leur Code du premier coup et en quelques semaines seulement !

2. La meilleure méthode d’entraînement

La façon la plus pertinente de s’entraîner, c’est de réaliser des tests quotidiennement jusqu’au jour de l’examen. Le Code, c’est comme une langue étrangère : vous assimilerez bien mieux l’espagnol si vous vivez un mois à Madrid dans une maison remplie d’Espagnols qu’en suivant une heure de cours par semaine pendant deux ans. De même, vous allez vite perdre vos acquis si vous arrêtez de pratiquer.

Pour certaines questions, ce n’est pas toujours le bon sens qui prime, mais la logique de ceux qui ont conçu les questions. Le secret de la réussite : votre capacité à intégrer leur raisonnement et à parler leur langage. Apprenez à « penser Code » : habituez-vous à tous les types de questions, à la manière dont elles sont posées, aux nuances de langage, aux éléments récurrents et aux réponses que l’on attend de vous. Une fois que vous aurez vu et revu les mêmes questions et compris leur logique, vous allez reconnaître les bonnes réponses en un clin d’œil.

3. Les questions types du Code : comment y répondre ?

La logique des questions d’observation, d’évaluation et de décision

Dans une majorité de questions, vous êtes en situation réelle de conduite et vous devez prendre une décision. Pour cela, repérez rapidement tout ce qui peut vous indiquer quelles règles de circulation s’appliquent à votre véhicule et les éléments perturbateurs à prendre en compte. Si la question est de savoir si vous pouvez faire demi-tour, par exemple…

Est-ce que le type de route sur laquelle vous roulez vous permet ou vous interdit de réaliser cette action ? Si vous êtes sur une autoroute, vous saurez que vous n’avez pas le droit de faire demi-tour.

Est-ce que la signalisation verticale et horizontale vous autorise ou vous interdit de réaliser cette action ? Si une ligne continue est tracée au sol, vous ne pouvez pas faire demi-tour, même si vous êtes sur un type de route qui vous le permet a priori.

Est-ce que la présence d’autres usagers (usagers vulnérables, véhicules prioritaires, animaux, etc.) vous dissuade de réaliser cette action ? Si vous observez dans le rétroviseur qu’une voiture est sur le point de vous doubler, vous devez attendre, même si la signalisation ne vous interdit pas de le faire.

La logique des questions avec des nuances de vocabulaire

Faites particulièrement attention à la nuance entre l’autorisation (pouvoir) et l’obligation (devoir). Ce sont souvent les questions que les élèves considèrent comme des pièges. Elles se présentent généralement ainsi :

  • « Dans cette situation, je dois » : ne retenez que les réponses qui sont des obligations, imposées par le Code de la route, pas ce que vous pourriez faire.
  • « Dans cette situation, je peux » : vous pouvez sélectionner les réponses qui sont des possibilités. Si par exemple le conducteur veut faire preuve de courtoisie ou prendre une précaution supplémentaire.

Quelques exemples…

« Il neige. Dans cette situation, je dois allumer mes feux de brouillard ? »

La réponse est non, vous pouvez si vous le souhaitez, mais le Code de la route ne vous oblige pas à allumer vos feux de brouillard lorsqu’il neige. Si la question avait été « je peux allumer mes feux de brouillard ? », alors la réponse aurait été oui, car la réglementation ne l’interdit pas.

Autres types de pièges

« À combien de mètres pouvez-vous voir un panneau avec une acuité visuelle de 10/10 ? »

  • 25 mètres
  • 50 mètres
  • 100 mètres
  • 125 mètres

La visibilité avec 10/10 est de 50 mètres, mais si vous pouvez voir à 50 mètres, vous pouvez aussi voir à 25 mètres, il faudra donc sélectionner les deux premières réponses.

« Avec un permis B, je peux conduire un véhicule avec » :

  • 7 places, plus celle du conducteur
  • 8 plus celle du conducteur
  • 9 plus celle du conducteur
  • 10 plus celle du conducteur

Le piège est de répondre uniquement « 8 » plus le conducteur, car si vous pouvez transporter huit personnes en plus de vous, vous pouvez aussi en transporter sept. Si la question avait été « Combien de personnes au maximum… » La réponse aurait été uniquement « 8 places, plus celle du conducteur »…

Oui, on le sait, c’est ridicule, mais c’est là où notre conseil « comprenez la logique des questions du Code » prend tout son sens. À force d’entraînement, vous allez repérer les expressions « je peux » versus « je dois », « il est préférable » versus « il est obligatoire », « uniquement » ou « absolument », avant même d’avoir regardé l’image ! N’hésitez pas à venir vous entraîner gratuitement sur Codedelaroute.io pour découvrir les autres subtilités du Code de la route !

Articles les plus lus

A la Une vie étudiante

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road