1. Lycée
  2. À l’entrée au lycée, une inégale maîtrise des acquis
En bref

À l’entrée au lycée, une inégale maîtrise des acquis

Envoyer cet article à un ami
L’analyse des tests de positionnement de la Depp révèle les inégalités entre les élèves des lycées les plus favorisés et ceux des lycées les plus défavorisés. // © Adobe Stock/panitan
L’analyse des tests de positionnement de la Depp révèle les inégalités entre les élèves des lycées les plus favorisés et ceux des lycées les plus défavorisés. // © Adobe Stock/panitan

Les tests de positionnement de seconde permettent d’identifier les acquis des élèves au début du lycée. L’analyse des 720.000 tests effectués en septembre 2019 montre que si les acquis sont globalement maîtrisés, les élèves de seconde professionnelle partent avec plus de lacunes que les autres.

À l’entrée au lycée, 8 élèves sur 10 maîtrisent les bases du français et 7 sur 10, les bases des mathématiques. Des résultats qui cachent des inégalités parfois très marquées. L’analyse des tests de positionnement de la Depp (direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance), l’organe statistique du ministère de l’Éducation nationale, effectués en septembre 2019 par les 720.000 élèves de seconde, montrent en effet des résultats qui diffèrent fortement, particulièrement entre les séries.

Lire aussi : De fortes inégalité de niveau en maths et en français dès la sixième

Le français pour les filles, les maths pour les garçons

Alors que 80,3% des élèves ont une maîtrise très bonne ou satisfaisante du français, c’est le cas de 83,2% des filles, contre 76,3% des garçons. En maths, c’est l’inverse : pour 73,4% de maîtrise très bonne ou satisfaisante tous élèves confondus, c’est 71,8% des filles et 74,9% des garçons.

Ces différences ne sont pas anodines, car elles préfigurent les choix futurs d'orientation des lycéens, comme en témoigne la faible part d’étudiantes en écoles d’ingénieurs. En 2019, 28% des élèves ingénieurs seulement étaient des femmes, selon le ministère de l’Enseignement supérieur. Une situation qui n’évolue pas ou peu, puisqu’elles étaient 27,4% il y a 5 ans. Parmi elles, 4 sur 10 suivent une spécialité en physique ou en mathématiques, la majorité de cette minorité préférant les formations en agroalimentaire ou sciences de la vie.

Lire aussi : En première, moins de 3 % des filles ont choisi la spécialité NSI

Les élèves de seconde professionnelle démarrent avec des lacunes

D’autres sectorisations montrent également des inégalités, en mathématiques comme en français. Ainsi, les élèves des lycées privés sous contrat sont mieux armés que les lycéens du public. Les élèves "à l’heure" dans leur scolarité sont également plus à l’aise que ceux ayant doublé une classe ou pris du retard.

Mais l’écart le plus marqué intervient entre les élèves de seconde générale et technologique et ceux de seconde professionnelle. En français, 53,3% des élèves de seconde professionnelle ont acquis les connaissances et compétences fondamentales, contre 89,2% des élèves de seconde générale et technologique. Même constat en maths : 40,6% contre 84,2%.

Résultats du test de positionnement effectué auprès des élèves de seconde à la rentrée 2019 // © Ministère de l'Éducation nationale
Résultats du test de positionnement effectué auprès des élèves de seconde à la rentrée 2019 // © Ministère de l'Éducation nationale

Enfin, si on regarde le profil social moyen des lycées, on constate aussi de fortes inégalités : dans les lycées les plus favorisés, plus de 9 élèves sur 10 démarrent le lycée avec de bon acquis dans les deux disciplines ; dans les plus défavorisés, ils sont moins de 3 sur 5 en français et moins d’1 sur 2 en maths.

Le but de ces tests de positionnement, mis en place avec la réforme du lycée, est notamment "d’identifier les acquis et les besoins de chaque élève, en vue de leur proposer un accompagnement personnalisé adapté et de remédier à leurs difficultés éventuelles", rappelle la Depp dans son rapport.

Lire aussi : Collèges et lycées : vers un accompagnement renforcé à la rentrée 2020