L'essentiel à savoir sur le brevet professionnel

Par Florian Dacheux, publié le 24 Juin 2021
4 min

À quel niveau d'études correspond le brevet professionnel ? Qui sont les élèves qui peuvent le passer ? Quelles spécialités sont proposées et les métiers préparés ? L'Etudiant vous dit tout !

On le confond bien souvent avec le baccalauréat professionnel. Méconnu, le brevet professionnel (BP) possède pourtant bien des atouts pour trouver sa voie.

Qui peut passer un brevet professionnel ?

Le brevet professionnel, dit BP, s’adresse aux titulaires d'un CAP qui souhaitent entrer de plein pied dans la vie active. Il s’agit en effet d’une formation en deux ans directement axée sur la pratique professionnelle par le biais d’un contrat d’apprentissage avec un minimum de 400 heures de cours au programme, ou 240 heures pour les titulaires d'une spécialité de baccalauréat professionnel du même secteur.

L’examen final mélange évaluations pratiques, théoriques, écrites et orales avec à la clé une certification professionnelle de niveau 4, au même titre que le baccalauréat.

Où suivre un brevet professionnel ?

Pour suivre un BP en apprentissage, il faut s’inscrire dans des centres de formation des apprentis (CFA) situés aux quatre coins de l’hexagone. L’admission nécessite avant tout un contrat d'apprentissage signé avec un employeur, condition sine qua non pour réussir ce type de cursus.

Le BP peut également s’obtenir en formation à distance ou par la formation continue après plusieurs années d’expériences professionnelles. La validation des acquis de l'expérience (VAE) est aussi une porte d’entrée. En parallèle, des écoles privées, notamment dans le secteur de la coiffure, proposent des formations type BP.

Lire aussi

Combien de spécialités sont proposées ?

Il existe une soixantaine de spécialités de brevet professionnel dans divers secteurs d’activités. On retrouve ainsi des BP pour évoluer dans des domaines tels que l’industrie, l’artisanat, le social, le commerce ou encore le bâtiment.

Outre les BP coiffure, cuisine ou hôtellerie-restauration, l’un des plus connus d’entre eux reste le célèbre BP JEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) qui permet aux diplômés de travailler aussi bien dans le secteur public que le milieu associatif.

Ces dernières années, le BP responsable d’entreprise agricole est très porteur, notamment dans le cadre de la transition écologique, du développement de la permaculture ou encore de la préservation de l'environnement. De nombreuses fermes pédagogiques font appel à de jeunes motivés désireux de s’engager dans ces métiers trop longtemps délaissés.

Sans oublier les brevets professionnels pour des métiers plus "traditionnels" (boulanger, barman, bureautique ou électricien). Mais sachez que des BP existent même pour devenir libraire, menuisier, voire tapissier ou sommelier.

Lire aussi

Quelle insertion pour les titulaires d'un brevet professionnel ?

Décrocher un BP, c’est la garantie d’être embauché le lendemain grâce à l’acquisition de solides compétences dans l’exercice d’un métier bien défini. Sa vocation est clairement l’insertion professionnelle. Selon les secteurs, du BTP au génie climatique, bon nombre de diplômés choisissent souvent de se lancer à leur compte en tant qu’indépendant ou chef d’entreprise.

Pour celles et ceux qui aiment aller à l’essentiel tout en ayant une idée bien précise du métier visé, c’est donc l’idéal. L’État adapte sans cesse les formations aux besoins des entreprises confrontées à des métiers en tension. La dimension écologique et le boom du numérique sont bien évidemment au cœur des enjeux.

Articles les plus lus

A la Une alternance lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !