1. Associable, conséquent, dénoter... employez-vous ces mots correctement ?
Boîte à outils

Associable, conséquent, dénoter... employez-vous ces mots correctement ?

Envoyer cet article à un ami
Parfois, on utilise des mots de vocabulaire de façon inappropriée... // © plainpicture/Jan Håkan Dahlström
Parfois, on utilise des mots de vocabulaire de façon inappropriée... // © plainpicture/Jan Håkan Dahlström

Les mots suivants ont une particularité : ils sont presque toujours mal employés ! Et si l’on rendait à chacun son véritable sens ? Vos propos seraient plus clairs et plus élégants.

"Associable" ou "insociable" ?

Quelqu’un qui est réservé, qui se mêle rarement aux autres, est… insociable ! Si vous dites qu’il est associable, cela signifie, au contraire, qu’il peut être "associé", donc créer facilement des liens. On dira donc : "Arrête de faire ton insociable (et non associable) !"

"Conséquent" ou "important" ?

L’adjectif conséquent veut dire "qui a de la suite dans les idées, qui agit, raisonne avec logique". Pour cette raison, il est étrange de parler d’une "somme conséquente". Pourquoi ne pas dire qu’elle est "importante" ou "considérable " ?

Lire aussi : Beat, flow, scratch… maîtrisez-vous le jargon du rap ?

"Dénoter" ou "détonner" ?

Dénoter, c’est indiquer, désigner par une caractéristique. Exemple : Cet acte dénote un certain courage. Si l’on veut dire que quelque chose "sort du ton", alors, c’est détonner qui convient. Exemple : "Un pantalon de costume avec des chaussettes fluo, ça détonne !"

"Dentition" ou "denture" ?

La dentition est "la formation et l’apparition des dents". Pour désigner l’ensemble des dents (d’une personne, d’un animal, mais aussi d’une roue, d’une scie…), il existe un mot générique : la denture !

"Stipuler" ou "disposer" ?

Au sens strict, stipuler veut dire "énoncer comme condition dans un contrat". Si l’on se réfère à cette définition, il n’est donc pas correct de dire qu’une loi "stipule", il est préférable de dire qu’elle dispose.

Tous les mots mal employés à découvrir sur le site Projet Voltaire.