Avec ses camarades de lycée, Jules a créé une plateforme d'entraide scolaire

Par Julien Toury, publié le 20 May 2020
3 min

VOUS FAITES L'ACTU. Les lycéens traversent une longue période loin de leur établissement. Des initiatives bénévoles naissent pour les rapprocher et encourager le travail en commun malgré la distance. Accompagné de deux camarades,Jules, 18 ans, a décidé de faciliter l'échange de cours.

Pour Jules, 18 ans et élève de terminale ES au lycée Sainte-Croix de Neuilly (92), "solidarité" est le maître mot de la plateforme d'entraide scolaire qu'il a récemment créée. Selon lui, "peu d'initiatives ont été mise en place dans ce sens, malgré les 8%* d'élèves qui ne peuvent pas avoir cours. L'idée de Jules est simple : permettre aux lycéens de partager leurs fiches de révision, de la classe de seconde aux concours d'entrées aux écoles.

La force du bouche à oreille

La plateforme est lancée le 25 mars sur Instagram, et son concept a rapidement plu. "Le soir même, il y avait 200 abonnés, sans que l'on ait encore publié le moindre contenu", raconte-t-il. Un succès rapide, que Jules attribue au bouche à oreille. Le lendemain, c'est sans connaissances particulières dans le domaine qu'il créé le site Elèves solidaires.

Cet élan d'entraide est rapidement suivi par les élèves. "Dès le début, on avait beaucoup de personnes qui nous proposaient leurs fiches, c'était fou", poursuit le jeune homme.

Plus improbable : des professionnels sont venu en aide aux lycéens. "Une société de design nous a contactés, et nous a proposés de créer gratuitement notre logo". Une avocate gère également les questions de droits que pose le site.

Lire aussi

Près de 7 heures de travail par jour

Malgré cette aide, gérer et alimenter le site représente un travail considérable pour Jules et ses amis, Pascaline et Wladimir, également élèves en terminale ES. Jules estime y consacrer près de 7 heures par jour. "Je ne connais rien à la gestion d'un site web, j'apprends au fur et à mesure. Mais je suis avant tout lycéen, avec des devoirs à rendre, et des cours à réviser".

Cette initiative, Jules souhaite la voir prospérer au-delà du retour à la normale. "Les professeurs, et même les parents, n'ont pas forcément le temps d'aider leurs enfants le soir. La plateforme est une alternative aux cours particuliers, que tout le monde ne peut pas se payer".

* Le pourcentage estimé des élèves qui ont décroché pendant le confinement faute de matériel informatique ou de connexion correcte.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !