#BACNOIR : entre 100 et 200 lycées bloqués ce lundi matin, selon les syndicats

Par Thibaut Cojean, publié le 03 May 2021
3 min

Les lycéens se mobilisent pour demander notamment le passage des épreuves du bac et du BTS en contrôle continu.

Ce lundi 3 mai, jour de rentrée en présentiel pour les collégiens et lycéens, entre 100 et 200 lycées étaient bloqués par leurs élèves, selon les estimations respectives du Mouvement national lycéen (MNL) et de l’Union nationale lycéenne (UNL). Les lycéens demandent le passage des dernières épreuves du bac et du BTS 2021 en contrôle continu.

"On veut nous faire passer des épreuves alors que c’est impossible", avance Mathieu Devlaminck, le président de l’UNL. Impossible d’abord car, selon lui, "l’aspect logistique n’est pas assez pris en considération : comment réunir tous les élèves agglutinés dans une même pièce dans un mois ?"

Préparation inégale aux épreuves

À ce jour, plusieurs épreuves du bac sont en effet maintenues : les épreuves communes du bac professionnel, celles de français en première générale et technologique, ainsi que celle de philo et le grand oral pour les élèves de terminale des mêmes séries. Les épreuves de BTS doivent également se dérouler en ce mois de mai.

Mais l’action d’aujourd’hui vise aussi à mettre la lumière sur ce que Mathieu Devlaminck appelle ironiquement "la discontinuité pédagogique". "Les cours à distance ne valent pas les cours en présenciel", estime le lycéen. Or, "il n’y a pas eu de cadrage national défini" et certains lycées ont en effet maintenu leurs cours 100% en présentiel. Pour l’UNL, cela signifie que les élèves n’ont pas été préparés de la même manière aux épreuves, qui ne peuvent donc pas se tenir dans un contexte égalitaire.

Lire aussi

Appels à poursuivre le mouvement

Assurant avoir le soutien de professeurs et de parents d’élèves, l’UNL demande également la mise en place de "vraies actions" qui permettraient de rouvrir les lycées en toute sécurité, "comme la vaccination des profs".

Contacté par l’Etudiant, le ministère de l’Éducation nationale dit suivre la situation et pourrait réagir dans les heures qui viennent. En attendant, Mathieu Devlaminck prévient que "ce ne sera pas le seul lundi noir. Tant qu’on ne sera pas reçus, on compte continuer." De son côté, le MNL appelle à renouveler l’opération dès le mercredi 5 mai.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !