1. Ces deux sœurs sont parties à la découverte d'écoles du bout du monde
Portrait

Ces deux sœurs sont parties à la découverte d'écoles du bout du monde

Envoyer cet article à un ami
Laurena et Florane, à la découverte d'une autre idée de l'école. // © Photos fournies par les témoins
Laurena et Florane, à la découverte d'une autre idée de l'école. // © Photos fournies par les témoins

ELLES VONT FAIRE LA UNE. Laurena, 17 ans, et Florane, 13 ans, sont parties quatre mois et demi avec leur mère auteure-réalisatrice à la découverte de trois écoles pas comme les autres : au Chili, aux États-Unis et en Inde. Le but ? Tourner un documentaire sur ces autres manières d’apprendre, en communion avec la nature.

En 2016, Laurena et Florane n'ont pas fait leur rentrée à Aix-en-Provence (13), comme chaque année. En octobre, les ados de 17 et 13 ans ont fait leurs valises direction Santiago du Chili. Leur mère, avec son équipe de tournage, un chef opérateur et un preneur de son, a filmé ce périple pour en réaliser un documentaire cinéma : "Green Teens". "À travers le regard des filles, on voudrait montrer qu'il y a d'autres façons d'apprendre, en se connaissant mieux soi-même, en s'ouvrant aux autres et à la nature, explique Marine Locatelli, la maman. En France, on est trop enfermés, trop assis."

Poser une division aux États-Unis

Dans chacune des trois écoles visitées, les deux sœurs ont pu assister, voire participer, aux cours et ateliers. Au début, la barrière de la langue les a un peu déstabilisées. "Mais à la fin, je comprenais à peu près l'espagnol, reconnaît timidement Florane. Et j'arrivais à faire des phrases, même si je butais sur quelques mots, que je mélangeais avec l'anglais et le français", s'amuse-t-elle.

Au final, la collégienne de 5e arrive à se faire comprendre, et même à montrer aux élèves de l'école primaire Tara Redwood School, à Soquel, aux États-Unis, comment elle pose ses divisions en France. La méthode n'est pas la même outre-Atlantique. "Dans cette école, ils avaient à peu près les mêmes matières que chez nous, décrit Florane. Mais dans la salle, il n'y avait pas un grand tableau, et des chaises alignées. Les tables formaient un cercle et il y avait un grand tapis circulaire où l'on pouvait s'asseoir pour lire."

"Je n'avais jamais vacciné des chèvres"

Au collège de la Escuela Agroecológica du Chili, la jeune fille a pu s'initier à une nouvelle passion, la céramique, mais aussi à la danse, à la mosaïque ou encore au jardinage. Autant d'activités que les élèves chiliens de cet établissement peuvent choisir en plus de matières classiques comme les mathématiques, les sciences ou l'anglais. Laurena s'est quant à elle mise à l'apiculture, et a même joué les vétérinaires : "Je n'avais jamais vacciné des chèvres, j'avais peur que les autres se moquent ! Au contraire, ils m'ont montré comment faire".

En Inde, on "cultive le savoir-être"

En Inde, le chant, le yoga, ou encore la cuisine occupent une grande place à la Prakriya Green Wisdom School de Bangalore. Pour Laurena, les jeunes de ces écoles ressortent "avec un bagage en plus". "Nous, on a plein de connaissances intellectuelles, mais est-ce qu'on va pouvoir se débrouiller dans la vie ? Eux, ils savent faire pousser les plantes, s'occuper des animaux, prendre soin des autres aussi, et les respecter. Ils cultivent le savoir-être. Ils ont une ouverture d'esprit que je ne retrouve pas chez les ados d'ici", regrette Laurena.

S'inspirer de ces écoles

Ce qui a également marqué les deux sœurs, c'est la relation des élèves avec leurs professeurs. "Le premier jour au Chili, j'ai vu quelqu'un faire la bise à un élève, se rappelle Laurena, et j'ai compris ensuite que c'était un prof !" D'abord surprises, elles se sont vite habituées à cette complicité. "En fait, c'est normal : il y a un respect mutuel, chacun est là pour aider l'autre", résume Laurena.

La lycéenne aurait beaucoup aimé faire ses années lycées là-bas, à Santiago. Pour Florane, le mieux serait un mélange entre ces écoles et son collège en France : "Il faudrait plus de temps libre et plus d'art", explique-t-elle.

De retour au Chili pour un stage

À la rentrée, la jeune fille suivra les cours du CNED (Centre national de l'enseignement à distance), en espérant pouvoir entrer dans une école d'art le plus tôt possible. Quant à Laurena, elle vient de passer son bac L à Aix-en-Provence. Pendant son périple, elle s'est préparée pas à pas, et elle a même réussi des concours pour entrer dans une école de management hôtelier à la rentrée 2017.

À bientôt 18 ans, cette "green teen" a déjà des projets plein la tête, inspirés par ce voyage au bout du monde : "Je vais retourner au Chili, et j'ai prévu de faire les stages de mon école là-bas, mais aussi à Buenos Aires et en Patagonie". La sortie du documentaire "Green Teens" est prévue pour le printemps 2018.