1. Lycée
  2. À 17 ans, Clara Jaboulay est la nouvelle voix des lycéens
Portrait

À 17 ans, Clara Jaboulay est la nouvelle voix des lycéens

Envoyer cet article à un ami
Clara Jaboulay a été élue présidente de l'UNL en juin 2016. // © Delphine Dauvergne
Clara Jaboulay a été élue présidente de l'UNL en juin 2016. // © Delphine Dauvergne

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR. Clara Jaboulay, 17 ans, a rejoint l'UNL (Union nationale lycéenne) en 2014 et n'a cessé de s'investir dans ce syndicat. Élue présidente en juin 2016, elle compte porter et faire entendre la voix des lycéens.

"Qui mieux que les lycéens pour rêver le lycée et le changer ?" Tel est le leitmotiv de Clara Jaboulay, 17 ans, nouvelle présidente de l'UNL (Union nationale lycéenne). Élue au CAVL (conseil académique de la vie lycéenne) en seconde, elle rejoint l'UNL en 2014. "Un syndicat peut faire évoluer les choses avec plus d'ampleur qu'une personne isolée", justifie Clara.

Élève en terminale ES au lycée Vauvenargues à Aix-en-Provence, elle s'est réorientée vers cette série qui lui correspond plus. "Je voulais toucher à plus de choses qu'en série S, avoir une vision du monde plus large avec des cours sur l'économie et comprendre les enjeux sociaux", explique-t-elle.

Lire aussi : Les portraits des jeunes qui ont de l'avenir

Plus de deux heures par jour consacrées à ses fonctions

À l'UNL, Clara a participé à la mobilisation contre la loi Travail. Après être devenue responsable dans sa fédération des Bouches-du-Rhône, elle a réussi à se faire élire présidente de l'UNL en juin 2016. Elle s'investit notamment dans le projet "Dis-le à tout le monde", lauréat 2015 de La France s'engage, qui pousse les lycéens victimes de harcèlement à témoigner sur une page Facebook.

Après avoir recueilli plus de 160 récits, l'UNL organise des actions de sensibilisation dans les lycées. Elle consacre plus de deux heures par jour à son activité de syndicaliste. "Je me sens utile. J'ai appris à être autonome et à avoir une réflexion critique. Mes nouvelles fonctions m'obligent à avoir confiance en moi."

Son avenir scolaire est encore "flou", elle oscille entre Sciences po et une université de droit. Pour mieux changer le monde plus tard ?

Pour aller plus loin : Lilâ Le Bas : de ses galères d'étudiante à la présidence de l'UNEF / Syndicats étudiants : s’engager, pour quoi faire ? / Ma vie d'étudiant à Lille 2 : Julien, juriste engagé / Ma vie d'étudiant à Sciences po Rennes : Emilio, entre études et vie associative