1. Lycée
  2. Coaching-2020-confinement
  3. Les compétences à maîtriser en français à la fin de la première
Coaching

Les compétences à maîtriser en français à la fin de la première

Envoyer cet article à un ami
En français, vous devrez posséder des compétences transversales afin de développer votre propre pensée. // © Adobe Stock/N.Savranska
En français, vous devrez posséder des compétences transversales afin de développer votre propre pensée. // © Adobe Stock/N.Savranska

Etudier une discipline ne se limite pas à faire le tour d’un programme de connaissances. Tout au long du lycée, vous avez également acquis un savoir-faire propre à chaque matière. De l'analyse d'un texte à la construction d'un plan détaillé, L'Etudiant fait le point sur ce que vous devez maîtriser en français à l'issue de votre année de première.

À la fin de la première, ce ne sont pas seulement des connaissances que vous possédez dans votre bagage scolaire. En français, vous avez appris à analyser des textes mais aussi à façonner votre propre pensée et à l’expliquer de manière argumentée, construite et documentée.

Compétence 1 : savoir élaborer un plan

Premier savoir-faire ? Savoir élaborer un plan détaillé et équilibré. Il s’agit de présenter des arguments selon un ordre rationnel et convaincant, en suivant une logique qui met en valeur votre rhétorique.

Pour cela, il faut savoir faire un plan dynamique. C’est ainsi que vous devrez être capable d’apporter en conclusion une réponse à la question posée en introduction. Entre les deux, un raisonnement progressif, étape par étape, devra résoudre le problème posé, sans pour autant juxtaposer vos idées les unes après les autres : l’idée est de mettre en évidence une vraie évolution.

Lire aussi : Oral de français du bac : à quoi s’attendre ?

Compétence 2 : savoir développer un argument

Au cœur de ce plan, les arguments viendront soutenir la thèse. D’une œuvre à un auteur en passant par une citation ou une date, vous devez savoir illustrer vos propos avec des exemples utilisés à bon escient.

"Il faut que l’élève puisse se référer à des exemples, des citations, explique Sonia Arbaretaz, professeur de français au lycée Fénelon Sainte-Marie à Paris. Il faut être capable de montrer que l’on s’est approprié la pensée d’un auteur, que l'on a cerné les enjeux."

Une expertise confirmée par Jérôme Nicolas, son homologue au lycée Marseilleveyre, à Marseille (13) : "Les compétences argumentatives sont essentielles. Savoir développer un argument sur un thème donné, être clair, être capable de citer. Tout cela permet d’avoir une chaîne argumentative."

Lire aussi : En première : votre coaching spécial oral de français

Compétence 3 : développer sa propre pensée

Vous l’aurez compris, tout cela nécessite des compétences transversales afin de développer sa propre pensée. "C’est la qualité de l’expression et la capacité à produire un raisonnement de façon clair et efficace", résume Sonia Arbaretaz.

Attention tout de même à ne pas tomber dans la paraphrase. Cette fâcheuse habitude de formuler différemment un énoncé sans altérer son contenu… "Il faut montrer un minimum d’analyse personnelle", prévient Jérôme Nicolas. Au tour de Sonia Arbaretaz de préciser : "Dans un commentaire sur n’importe quel texte entre le XVIe et le XXIe siècle, il faut être capable de proposer une ou plusieurs pistes d’interprétation en démontrant ce que cherche à signifier l’auteur via ses procédés d’écriture."

Autrement dit, vous devez savoir décliner une approche d’un texte sans séparer le fond de la forme. Pour l’exposer, il n’y a rien de mieux que de soutenir votre interprétation par la citation, la prise en compte du contexte, de l’époque, du genre ou encore d’en dégager une originalité, une conjugaison, voire une opposition de thèmes. Idéalement, vous pourriez aussi être capable de dégager des parallèles avec entre différents textes d’un même auteur ou d’un autre auteur de la même période littéraire.