1. Redresser la barre après un mauvais premier trimestre, c'est possible !
Coaching

Redresser la barre après un mauvais premier trimestre, c'est possible !

Envoyer cet article à un ami
En adoptant de bonnes méthodes d'apprentissage, vous pouvez améliorer votre moyenne même en cours d'année. // © ImageSource/REA
En adoptant de bonnes méthodes d'apprentissage, vous pouvez améliorer votre moyenne même en cours d'année. // © ImageSource/REA

Élève de collège ou de lycée, vous avez eu un retour mitigé, voire négatif, du conseil de classe du premier trimestre. Mais rien n’est encore joué. Voici quelques conseils d’enseignants pour remettre le pied à l’étrier.

"Le premier trimestre est court pour s’habituer aux méthodes d’un nouvel enseignant, constate Guillaume Caron, professeur de mathématiques dans un collège de Calais. Et c’est d’autant plus exigeant pour les élèves de 6e et seconde qui découvrent un nouvel univers." Selon l'enseignant, la première chose à faire est d’identifier les causes de ce mauvais retour.

Les appréciations sur votre bulletin peuvent vous aider à comprendre ce qui ne va pas et les points sur lesquels vous améliorer. "C’est également la période des rencontres parents-professeurs, complète Graziella Vives, enseignante d’espagnol dans un collège des Pyrénées-Atlantiques. Si elles sont déjà passées, il est toujours temps de demander un entretien individuel pour faire le point."

"Être attentif en cours, c’est 70 % du travail"

Les enseignants insistent en premier lieu sur le comportement à adopter en classe. "Être attentif en cours, c’est 70 % du travail qui est déjà fait", estime Karla Tillard, professeure d’histoire-géographie en lycée professionnel privé à Deauville. "C’est bien de prendre le cours avec application, mais si on ne saisit pas ce qu’on écrit, cela ne sert à rien. Si vous ne comprenez pas, posez des questions", complète Guillaume Caron.

Rejoignez le groupe !

En dehors du temps de cours, des ressources de votre établissement peuvent vous aider. Le CDI (centre de documentation et d’information) reste un endroit calme où vous pouvez venir travailler seul ou en groupe. Ce que recommande d’ailleurs Philippe Watrelot, enseignant de sciences économiques et sociales dans l’Essonne : "Il ne faut pas hésiter à échanger avec vos camarades sur leurs méthodes de travail, consulter leur copie s’ils ont mieux réussi pour comprendre ce qui était attendu".

Lire aussi : Conseil de classe : apprenez à dédramatiser !

Graziella Vives évoque également l’existence des heures d’accompagnement proposées dans les établissements. "C’est sur la base du volontariat, il est toujours temps de rejoindre un groupe et bénéficier d’un encadrement."

Complétez votre cours

Une fois à la maison, l’important est de vous approprier le cours. Reprendre les notions clés, les définitions, refaire les exercices dont vous avez la correction. Même si ce n’est pas toujours évident de savoir comment travailler…

"Rester devant un cahier et lire ou passer des heures et des heures sur une même matière est souvent peu productif, remarque Karla Tillard. J’encourage mes élèves à se constituer leur propre manuel. On prend régulièrement du temps pour que chacun complète et alimente son cours, avec des lexiques, des illustrations supplémentaires. On apprend mieux en prenant part à la constitution du cours.”

Lire aussi : Conseil de classe : le délégué, plus messager qu'avocat

L’enseignante insiste aussi sur l’importance de travailler dans un environnement favorable à la concentration, loin du bruit et des distractions. "La mémorisation du cours est forcément fragilisée par un usage trop fréquent des écrans", observe-t-elle.

Un bon usage des vidéos

Les professeurs recommandent par ailleurs de se tourner vers d’autres moyens d’apprendre : émissions de radio ou de télévision, vidéos explicatives sur Internet. Mieux vaut se renseigner auprès d’eux pour des références fiables. "L’avantage d’une vidéo : vous êtes seul(e), vous pouvez prendre le temps de l'arrêter, de la recommencer. Certains profs font de très bonnes vidéos explicatives", conseille Guillaume Caron.

Pour les élèves de terminale, avoir un projet d’études permet aussi de se motiver. "Surtout que l’on sait maintenant que les deux premiers trimestres sont très importants pour Parcoursup. Il faut donc rapidement redresser la barre", constate Philippe Watrelot.

Pour les autres classes, les enseignants s’accordent à dire que rien n’est encore joué : il est encore temps de reprendre et consolider les bases avant d’acquérir les nouvelles connaissances du second trimestre.