Doit-on dire "une auteur", "une auteure" ou "une autrice" ?

Par Sandrine Campese du Projet Voltaire, publié le 20 Octobre 2020
2 min

On le sait, la féminisation des noms de métiers est un des sujets de langue française qui divisent le plus. Et s’il est un cas, en particulier, qui est au centre des débats, c’est le féminin de "auteur". Voici quelques éléments qui devraient vous aider à faire votre choix !

Que dit la règle ?

Pour former le féminin des noms de métiers en -teur, on se pose la question : "Le nom vient-il d’un verbe ?" Si oui, le féminin se termine par -teuse, sinon, le féminin se termine par -trice.

– Exemples de féminins en -teuse : un acheteur—> une acheteuse, un metteur en scène—> une metteuse en scène, un toiletteur—> une toiletteuse.

– Exemples de féminins en -trice : un appariteur—> une apparitrice, un rédacteur—> une rédactrice, un sénateur—> une sénatrice.

Lire aussi

Et pour auteur, alors ?

Une fois la version "auteuse" écartée (il n’existe pas de verbe "auter"!), on a le choix entre trois formes :

– auteur : l’Académie française n’écarte pas la forme masculine, compte tenu du "caractère tout à fait spécifique de la notion, qui enveloppe une grande part d’abstraction", comme c’est le cas de poète voire de médecin ;

– auteure : plus courante, mais irrégulière (les noms en -teur faisant d’ordinaire leur féminin en -teuse ou en -trice) ;

– autrice : plus rare, mais logique (on dit bien une actrice, une créatrice, une réalisatrice…).

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !