1. Lycée
  2. Concours général : lycéens ou apprentis, ils ont brillé dans leur spécialité
Trophées

Concours général : lycéens ou apprentis, ils ont brillé dans leur spécialité

Envoyer cet article à un ami
132 lauréats ont reçu leur prix dans le Grand Amphi de La Sorbonne, jeudi 7 juillet 2016. // © Natacha Lefauconnier
132 lauréats ont reçu leur prix dans le Grand Amphi de La Sorbonne, jeudi 7 juillet 2016. // © Natacha Lefauconnier

Ces très bons élèves de première ou terminale et ces apprentis ont cartonné en maths, chinois ou dans leur spécialité d’artisanat… Jeudi 7 juillet 2016, les 132 lauréats du concours général étaient réunis en Sorbonne pour recevoir leurs prix en présence de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Une cérémonie qui récompense l’excellence dans toute sa diversité.

Ils sont plus d'une centaine d'élèves à s'être déplacés jusqu'à la prestigieuse université de la Sorbonne, la plupart accompagnés de leur famille, pour recevoir leur prix. Et pas des moindres : celui du concours général des lycées et des métiers. Ce concours récompense dans 48 disciplines les meilleurs élèves de première et de terminale des filières générale, technologique et professionnelle, ainsi que des centres de formation d'apprentis. L'excellence est mise en avant dans des domaines aussi variés que la version latine, les sciences de l'ingénieur, la mode, les arts de la pierre ou les plastiques et composites... 

Sélectionnés en France ou à l'étranger par leurs professeurs pour leurs très bons résultats scolaires, 17.367 candidats ont passé des épreuves portant sur les programmes de la matière choisie, mais dont la longueur et la difficulté excèdent celles du baccalauréat.

Une dissertation de 6h en histoire pour Fanny

En témoigne Fanny, 16 ans, qui a passé six heures sur une dissertation d'histoire sur "les années 1950 dans le monde, un temps de ruptures ?". Cette élève de première littéraire au lycée Ozenne, à Toulouse, n'a pas flanché pour autant, puisqu'elle remporte le 1er prix de cette catégorie.

À 16 ans, Fanny a remporté le 1er prix Histoire des élèves de première en filière générale.

"J'ai toujours aimé l'histoire et je m'intéresse beaucoup aux décennies après la Seconde Guerre mondiale. J'ai misé sur mes connaissances : ma prof m'avait conseillé des bouquins et j'ai fait beaucoup de fiches, que j'ai mémorisées", précise la lycéenne, qui vient de décrocher un 20 à l'écrit à son bac de français et un 17 à l'oral.

La jeune fille ne s'attendait pourtant pas à être récompensée. "Quand j'ai su que j'avais un prix au concours général, j'ai crié de joie. C'était vraiment une surprise. Je suis d'autant plus fière que je suis une fille et une provinciale !", s'exclame la jeune Toulousaine.

Un concours ouvert aux apprentis

Lorsqu'il a été créé en 1744, le concours général était réservé aux garçons des lycées parisiens, avant de s'ouvrir aux élèves de province et aux filles en 1924, puis aux disciplines technologiques en 1981 et à l'enseignement professionnel en 1995.

C'est ainsi qu'en 2016, pas moins de 52 prix ont été délivrés au titre du concours général des métiers. Parmi les lauréats, Léo, 18 ans, fraîchement diplômé d'un bac professionnel électrotechnique énergie équipements communicants, obtenu avec la mention bien.

Tim, Léo (1er prix) et Erwan, les trois lauréats de la filière pro

Une machine à doser la pâte à tartiner pour Léo

"C'est mon professeur d'électrotechnique du CFA (centre de formation des apprentis) d'Elbeuf (76), qui m'a motivé à participer au concours. L'an dernier, c'est déjà un garçon du lycée qui avait remporté le premier prix. Mon prof m'a dit que j'avais le niveau pour réussir aussi." Quelque 470 candidats ont passé les épreuves de sélection, puis une douzaine d'entre eux se sont retrouvés en mai 2016, à Saint-Lô, pour cinq jours de compétition. L'objectif : réaliser une machine servant à doser des pots de pâte à tartiner pour une chocolaterie.

Léo a remporté l'épreuve et n'en revient toujours pas : "Je suis surpris, je ne pensais pas aller jusqu'à la Sorbonne", confie le lycéen. "C'est un super souvenir, si c'était à refaire, je n'hésiterais pas. En plus, ça fait une bonne ligne sur le CV", conclut-il en souriant.

Léo a construit une machine permettant de doser la pâte à tartiner dans les pots.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, l'entreprise dans laquelle il est apprenti depuis quatre ans vient de lui proposer un CDI (contrat à durée indéterminée). Pour Fanny, l'heure des vacances est arrivée. Direction l'Ecosse puis la Pologne. Va-t-elle réviser sa matière préférée cet été ? "Non, finies les révisions, répond la jeune fille. Je vais continuer à lire, mais juste pour le plaisir !"

Pour aller plus loin : Concours général : les bonnes raisons de le tenter