Le nom qui suit "sans" doit-il être au singulier ou au pluriel ?

Par de notre partenaire Projet Voltaire, publié le 17 Février 2020
2 min

C’est une question à laquelle vous avez sûrement été confronté(e) dans vos écrits. La présence de la préposition "sans", qui indique l’absence, voudrait qu’on emploie le singulier. Pourtant, le pluriel est tout aussi fréquent. Sans plus attendre, tranchons la question !

1– Le nom renvoie nécessairement à un seul élément ? Il est au singulier !

On écrira, par exemple, une histoire sans fin (une histoire a généralement une seule fin), un enfant sans famille (on n’a, stricto sensu, qu’une famille), un homme sans âge, un voyage sans retour, un corps sans tête, sans visage, un ministre sans portefeuille, une lettre sans date, une maison sans cheminée, un individu sans identité

2– Le nom renvoie nécessairement à plusieurs éléments ? Il est au pluriel !

On écrira, par exemple, un oiseau sans ailes (quand il a des ailes, un oiseau en a toujours deux), un couple sans enfants (un couple peut avoir plusieurs enfants), être sans amis, un voyageur sans bagages, une peau sans boutons, un bébé sans dents, une maison sans fenêtres, un dictionnaire sans exemples, un ciel sans nuages, une histoire sans paroles

Lire aussi

3– Le contexte permet de déterminer si le nom est au singulier ou au pluriel

On écrira, par exemple, des couteaux sans manche (un couteau n’a qu’un seul manche) / des gilets sans manches (quand il a des manches, un gilet en a toujours deux) ; un devoir sans fautes (ledit devoir pourrait comporter plusieurs fautes) / Je viendrai sans faute (à coup sûr, sous-entendu sans aucune faute, sans la moindre faute).

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !