Lycée : le retour des mathématiques dans le tronc commun ne fait pas l'unanimité

Par Clément Rocher, publié le 17 Mai 2022
4 min

Le syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale ne souhaite pas le retour de l'enseignement de mathématiques dans le tronc commun au lycée à la rentrée 2022. Explications.

La place des mathématiques au lycée fait toujours débat. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, avait annoncé mercredi 11 mai au micro de RTL le retour des mathématiques dans le tronc commun, en classe de première, à partir de la rentrée de septembre 2022.

Un "contre-sens absolu"

Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du SNPDEN, le syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale, conteste cette décision en raison du calendrier. "C’est un contre-sens absolu de mettre en place un dispositif comme celui-ci à la rentrée 2022. Nos élèves de seconde vont faire leurs choix de spécialité dans les jours qui viennent. Les premiers conseils de classe ont lieu au début du mois de juin. Aujourd'hui, on ne peut rien dire aux élèves et à leur famille."

Surtout qu'aucune information officielle provenant du ministère de l’Éducation nationale n'a été diffusée depuis la prise de parole de Jean-Michel Blanquer. "On attend le nouveau ministre pour savoir si cela se fera ou non. Mais on espère que cela ne se fera pas. On ne fait rien tant qu'aucune décision n'est prise. Même les associations de professeurs de mathématiques disent qu’il ne faut pas le faire", ajoute le responsable syndical.

Lire aussi

Le projet de programme de mathématiques retoqué

De son coté, l'APMEP (association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public) estime que le projet de nouveau programme de mathématiques – dans le cadre de l’enseignement scientifique et mathématique prévu pour la rentrée prochaine -, "ne permettra pas une formation de qualité".

"Le projet de programme, aux allures de catalogue, renforce l’instrumentalisation des mathématiques sans leur donner de perspective culturelle et sociétale […] L’horaire annoncé (une heure et demie par semaine) ne permet pas la formation de l’ensemble des élèves à l’activité mathématique et le traitement de la totalité des contenus", peut-on lire dans le communiqué de l'APMEP publié le 16 mai.

Lire aussi

La crainte d'une pénurie de professeurs de mathématiques

Alors que la nomination du prochain ministre de l’Éducation nationale est prévue dans les jours à venir, le SNPDEN souhaite l'instauration d'un climat de confiance avec le successeur de Jean-Michel Blanquer. "On attend du prochain ministre de la concertation, de la sérénité, et de la confiance. Il ne faut rien démarrer de nouveau", précise Bruno Bobkiewicz.

Autre sujet de préoccupation : la crainte d'une pénurie de professeurs à la rentrée. "Quand on voit le nombre de postes qui resteront vacants et les difficultés qu'on a connues pour remplacer les professeurs toute cette année, forcément on s'inquiète." Il explique notamment cette désaffection pour l’enseignement par la faible rémunération et "la dégradation du discours tenu par l'opinion publique".

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !