1. Classement 2017 des lycées professionnels : comment l'Etudiant a bâti son palmarès
Bancs d’essai

Classement 2017 des lycées professionnels : comment l'Etudiant a bâti son palmarès

Envoyer cet article à un ami
CAP ferronnerie au Lycée des métiers d'art Pasteur, à Nice. // © lbane NOOR/REA
CAP ferronnerie au Lycée des métiers d'art Pasteur, à Nice. // © lbane NOOR/REA

Pour l'édition 2017 de son classement des lycées pro, l'Etudiant a épluché les performances de plus de 2.000 établissements, et en particulier leurs résultats au bac ainsi que leur capacité à faire progresser leurs élèves. Explications de notre méthodo.

Quelle est la vraie valeur de votre lycée ? Pour le savoir, l'Etudiant a classé 2.023 lycées professionnels ayant présenté au moins 10 candidats au bac 2016. Chaque établissement s'est vu attribuer une moyenne sur 20 selon son taux de réussite au bac, sa capacité à faire progresser les élèves et celle à les garder de la seconde au bac. Quatre catégories en résultent : A : très bon lycée, B : bon lycée, C : lycée moyen, D : lycée très moyen.

L'édition 20167 du palmarès est interactive. Autrement dit : vous pouvez affiner à votre guise le classement selon certains critères : académie, statut (privé/public), offre d'internat, catégorie... Une fois cette sélection faite, vous pourrez comparer les lycées selon votre profil (vous êtes bon élève, vous avez besoin d'être encadré, vous êtes plutôt dans le dernier tiers de la classe, etc.). D'autre part, des palmarès par série du bac (général et technologique) sont également accessibles, à côté du classement général.

Lire aussi : le palmarès 2017 des lycées professionnels

Les trois indicateurs de base de notre palmarès

Notre classement des lycées repose sur trois indicateurs établis par le ministère de l'Éducation nationale à partir des résultats lycée par lycée au baccalauréat 2016. Ces trois données sont :

- Le taux de réussite au bac : réussite à l'examen des élèves présentés par le lycée en 2016, toutes sections confondues.

- La valeur ajoutée (capacité à faire progresser les élèves) : différence entre le taux de réussite obtenu par le lycée en 2016 et celui que l'on pouvait attendre, compte tenu de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet. Les lycées affichant des notes positives obtiennent de meilleurs résultats que prévus.

- L'indice de stabilité : il mesure la probabilité pour un élève de seconde d'obtenir son bac dans le même lycée. Plus un lycée a une note élevée, plus il conserve ses élèves entre la première et le bac.

ND : taux non déterminé. Ce défaut d'information est indépendant de la volonté de l'établissement et d'ordre purement technique.

Le même poids pour chacun

Depuis plus de cinq ans, notre classement est établi en faisant la moyenne des notes (sur 20) obtenues par les lycées dans les 3 indicateurs, toutes séries confondues : taux de réussite au bac (coefficient 1), capacité à faire progresser les élèves (coefficient 1), indice de stabilité (coefficient 1). Ces trois indicateurs, construits par les experts du ministère de l'Éducation nationale, ont dans notre classement le même poids respectif.

Pour découvrir en détail les performances de chaque lycée, reportez-vous à sa fiche (accessible en cliquant sur le nom de l'établissement), qui précise en outre sa géolocalisation. Profitez-en aussi pour consulter les avis de nos internautes sur cet établissement (cliquez sur les étoiles) ou pour donner le vôtre si vous y êtes élève.
Les résultats obtenus par les petits lycées, qui présentent de 10 à 50 candidats, doivent être interprétés avec prudence. Rapportés à de petits effectifs, les indicateurs de notre classement sont moins fiables et susceptibles d'évoluer beaucoup d'une année à l'autre.

Dix-sept lycées professionnels n'ont pu être classés pour cause de données insuffisantes : Edmond Rostand, Nicolas Louis Vauquelin et lycée professionnel Coiffure Marcel Lamy à Paris (75), Jean-Monnet à Garches, lycée professionnel ORT à Montreuil, CE 3P à Ivry-sur-Seine, La Cabucelle, à Marseille (13), Boc-Calmet à Pointe à Pitre (971) et, à Mayotte, les lycées de Dembeni, de Bandrele, Tani Malandi, de Sada, du Nord, de Petite-Terre, de Dzoumogne, de Kaweni et de Kahani.